La boucle du plateau des bolovens en 3 jours

C’est l’heure de quitter notre nid douillet des 4000 îles pour se rendre à Paksé. Nous partons de Don Det pour Paksé vers 12h. Le trajet nous coûte 50,000 kips par personne (soit 5,30€ par personne) et le bateau est inclus. Nous sommes peu nombreux à nous rendre à Paksé, beaucoup zappent cette étape pour se rendre directement à Thakhek, point de départ d’une boucle réputée pour offrir les plus beaux paysages du Laos. Ce n’est pas encore le moment de découvrir cette boucle pour nous (patience, patience). On vous explique notre séjour à Paksé pour découvrir le Plateau des Bolovens.

Le plateau des bolovens en quelques mots

Le Plateau des Bolovens est surtout connu pour ses plantations de café qui jalonnent la région et ses cascades. Dans le plateau des bolovens (aussi appelé Bolavens), on peut monter jusqu’à 1000 mètres d’altitude ce qui peut rendre le climat frais voir froid (en gros ça peut cailler sévère)! Il y a également plusieurs villages qui abritent des ethnies telles que les Katu, réputé pour leur savoir-faire en matière de tissage. Il est d’ailleurs possible de séjourner dans un village Katu en homestay (comprenez chez l’habitant).  Pour visiter le plateau des Bolovens, il est possible de prendre des bus mais le plus simple et ce qui laisse le plus de liberté, c’est la location d’un scooter. Ensuite, il faut déterminer le nombre de jours à allouer à cette visite, c’est généralement à ce moment qu’on opte pour la petite ou la grande boucle.

Petite ou grande boucle de Paksé, que choisir ?

Il existe deux itinéraires pour visiter le Plateau des Bolovens. La petite et la grande boucle. La petite boucle se fait généralement en 2 jours avec une nuit dans le village de Tad Lo. Pour la grande boucle, il faut compter 3 ou 4 jours histoire de prendre son temps et de ne pas se presser vers la fin. Nous avons hésité entre 3 et 4 jours. Ce qui est bien c’est qu’en louant son scooter chez Miss Noy, on est pas obligé de préciser le nombre de jours pour la location du scooter. Nous avions convenu de faire 3 jours mais on n’écartait pas la possibilité d’en faire 4.

En faisant la petite boucle, on se prive de très beaux paysages,  on vous conseille donc vivement de faire la grande boucle si vous avez le temps.

Cela vous permettra de faire la randonnée du 3ème jour qui offre de magnifiques panoramas (pour nous les plus beaux de la boucle). Après, on a un peu galéré pour le logement mais ça on vous le raconte en détail dans la suite de l’article.

Location de scooter chez « Miss Noy » aussi appelé « Le Belge »

Nous arrivons dans l’après-midi à Paksé et nous croisons Yves. C’est un expatrié belge marié à une laotienne. Il tient une boutique de location de scooter qui s’appelle Miss Noy. Apparemment, c’est LA référence à aller voir avant de démarrer la boucle de Paksé (nous on voyage sans guide donc on était pas au courant). Comme on vient d’arriver, on discute un peu avec lui et il nous conseille 3 guesthouses dans le coin, on choisit la charmante, Sedone River Guesthouse. Il nous propose de revenir à 18h pour la réunion.
En effet, chaque jour Yves organise des sessions de « briefing » à 18h. C’est l’occasion de prendre un maximum d’infos et de lui poser toutes les questions qui nous passent par la tête pour passer ces quelques jours en toute quiétude. En attendant 18h, on va prendre une bière en terrasse et on croise quelques touristes. On discute un peu. Certains viennent de terminer la boucle et d’autres vont la commencer.

On écoute leurs anecdotes et on joue aux cartes. Comme d’habitude, c’est Daïnah qui perd (oui, elle perd très souvent aux cartes).

18H – L’heure du briefing

Il est à présent 18h et nous nous rendons chez Miss Noy, le magasin de location de scooter, pour le briefing. Nous sommes 6 à y assister. 4 français et 2 espagnols. On écoute attentivement Yves qui nous file à chacun une carte de la région. Il nous indique les coins à ne pas louper, ce qu’il y a à voir ou à faire dans telle ou telle ville. Bref, c’est une mine d’informations ! Après la session en anglais, il permet à plusieurs personnes de tester les scooters semi-automatiques. Clément en profite pour tester et va faire un petit tour en ville. En attendant, Daïnah reste avec les autres français à discuter encore un moment notamment pour clarifier certains points (en français cette fois).

Mais au fait, quelle est la différence entre un scooter automatique et semi-automatique ? Sur le semi, il faut juste changer de vitesse et il n’y a pas d’embrayage. Voilà 🙂 En clair, c’est un coup à prendre et on est ensuite très à l’aise pour conduire. Pour les novices, c’est toujours agréable d’avoir ce petit coup de chauffe avant le grand départ. Nous en tout cas, ça nous a rassuré.

la boucle du plateau des bolovens

Certains petits malins viennent aux réunions juste pour récupérer des infos et vont louer leur moto un peu moins chers ailleurs. On trouve ça très moyen sachant qu’Yves est vraiment là pour vous conseiller et qu’en cas de souci ça sera beaucoup plus facile de s’arranger avec lui. De plus, il est joignable presque à tout heure et ses motos sont vraiment de qualité, ça serait dommage de se priver de ces garanties. Bon nous on avait pas de portable mais on savait qu’il était joignable et ça nous rassurait.

On est en basse saison donc nous sommes très peu à faire cette fameuse boucle. Yves nous explique qu’en haute saison, il y a une trentaine de personnes qui participent à ce genre de réunion et qu’il est souvent submergé de demandes. On a donc plutôt de la chance car on a pu réserver note scooter très facilement.
Une fois qu’on a bien noté toutes les infos et qu’on a réservé notre scooter, on va dîner dans un restaurant indien.

Ce resto est une branche du resto indien de Don Det et on ne résiste pas ! On ne va pas faire de suspense, le repas est encore une fois un délice. On va faire quelques emplettes au supermarché et on va se coucher pour être prêt dès 8h demain. En effet, à Paksé il n’y a pas dix mille choses à faire et on préfère commencer la boucle au plus tôt. La ville n’a pas vraiment de charme et on se dit qu’on ne va rien louper en se couchant tôt.

La boucle des Bolovens: Jour 1

Comme convenu, nous récupérons notre bolide à 8h dans le magasin du belge. Nous déposons nos gros sacs qui resteront bien sagement chez Yves pendant notre tour des bolovens. On part ensuite en direction de la pompe à essence. Première étape du voyage ! On continue notre route et on quitte peu à peu la ville de Paksé pour s’enfoncer dans un paysage un peu plus sauvage. Notre premier arrêt s’effectue au bord d’une rivière où on prend quelques photos. Nous repartons ensuite visiter une plantation de café, celle de M. Vieng. C’est un laotien qui tient une plantation de café et qui permet aux voyageurs de visiter sa plantation pour 15,000 kips par personne (soit 1,60€).

Plantation de café chez M. Vieng

On y retrouve un couple que nous avions croisé à Don Det lors de notre tour de kayak. On discute un moment autour d’un thé (et oui sacrilège dans une plantation de café, mais nous on aime pas le café) en attendant M. Vieng. Lorsqu’il arrive on visite la plantation avec lui. Il est souriant et pédagogue c’est un plaisir de faire la visite avec lui d’autant plus qu’il parle vraiment très bien anglais. Il nous montre ce qu’il fait pousser dans sa plantation, le café évidemment mais aussi d’autres fruits dont certains que nous n’avons jamais vu jusqu’à présent.

chez monsieur vieng

plantation de café dans le plateau des boloven
Il nous montre comment il produit son café et il nous explique pourquoi il a arrêté de vendre son café à de grosses sociétés. En effet, il préfère faire de la vente direct car c’est beaucoup plus avantageux pour lui. Il nous parle de la marque « Dao » basé au Laos qui lui achetait notamment son café pour deux fois rien. On se souvient avoir croisé une de leur usine non loin de là. Pendant ce temps, sa femme réalise des tissus avec son métier à tisser, elle réalise de superbes créations. On hésite même à lui acheter un petit bracelet.

femme et son métier à tisser à Paksé

tissus de l'ethnie katu

Ce matin, nous n’étions que 4 à faire la visite mais d’autres touristes arrivent rapidement. Il nous explique qu’en haute saison il y a jusqu’à une cinquantaine de touristes par jour à venir le voir.

Maintenant qu’on est en basse saison, il hésite même à arrêter les visites dès le mois de Juin car il n’aura plus grand-chose à montrer à cette époque de l’année.

On discute encore un peu avec lui puis on reprend le scooter. On a adoré cette première visite, M. Vieng est vraiment super accueillant et sympathique. On paie nos 15,000 kips par tête pour la visite et on repart. La route est plutôt bonne et on s’arrête de temps en temps prendre des photos. On a pas vraiment l’habitude de louer des scooters et le rythme n’est pas le même. Habituellement, on s’arrête assez régulièrement en vélo mais là c’est un peu moins pratique.

Notre première cascade Tad Song et premier arrêt à Tad Lo

On se perd un peu et on arrive au pied de la cascade dans un petit village. On fait demi-tour puis on se rend finalement à notre toute première cascade, Tad Song. On visite le coin pendant 2h environ. C’est une cascade à sec car il y a un barrage en amont (qui peut s’ouvrir vers 16h selon les informations données par Yves) mais il y a quand même un peu d’eau  aux alentours et c’est plutôt plaisant de s’y balader et d’admirer le panorama.

Palamei Guesthouse et la cascade de Tad Lo

On repart ensuite pour se rendre à Tad Lo. On choisit Palamei Guesthouse pour passer la nuit dans ce village. C’est une guesthouse très sympathique et les bungalows sont très bien entretenus. De plus, on peut remplir sa gourde gratuitement! Nous prenons une chambre à 50,000 kips avec salle de bain partagé. Il y a également de très beaux bungalows avec salle de bain pour 70,000 kips. Une fois qu’on a déposé nos affaires, nous allons faire un petit tour dans la ville. On découvre la cascade de Tad Lo. On remonte la cascade et on se balade dans les alentours pendant 2h environ. Il est possible de s’y baigner un peu plus en amont mais là ça ne nous tente pas trop car le soleil va bientôt se coucher. On croise néanmoins deux touristes dans l’eau.

A cet endroit, il y a aussi des laotiens qui se baignent (toujours habillés), prennent leur douche ou font la lessive.

On comprend combien avoir une source d’eau à proximité est important pour eux. Après cette balade, on va manger au restaurant Honey Bee. On y croise trois français qui parlent laotiens, ça nous surprend ! On apprendra par la suite que ce sont des jeunes qui sont venus monter un business dans le coin. Cette première journée se termine et on en a déjà pris plein les yeux. On s’endort assez tôt car on souhaite se lever au petit matin pour profiter de la route et croiser le moins de touristes possible.

cascade de tad lo

La boucle de Paksé: Jour 2

L’avantage de se coucher tôt, c’est qu’on se lève tôt sans problème. Nous nous levons vers 6h et nous prenons notre petit déjeuner. On discute un long moment avec la belge qui travaille dans la guesthouse. Elle est là depuis 11 mois et elle nous raconte un peu son parcours. Elle donne notamment des cours d’anglais à des enfants et elle aide les propriétaires de la guesthouse. Elle s’y plait beaucoup. On parle aussi de la Thaïlande et elle nous dit qu’il est possible de passer la frontière un peu plus au nord du Laos. Nous qui pensions passer la frontière vers Vientiane, on note ça précieusement dans un coin de notre tête. Après cette discussion, on prend le scooter pour reprendre la route.

Visite du village du « Captain Hook »

On se rend dans un petit village où nous devons rencontrer un certain « Captain Hook ». Dans ce village, le temps s’est arrêté et les villageois ont très peu de relations avec l’extérieur. On est un peu intrigué et on y arrive assez tôt. On doit payer l’entrée du village fixé à 5,000 kips (0,50€ environ). On arrive au niveau de la maison de M. Hook. L’accueil n’est pas des plus chaleureux. Il est en train de fumer au bambou avec deux autres personnes. Il nous demande si on veut boire quelques chose. Clément prend juste un thé. Il nous demande ensuite si nous sommes prêts pour la visite. Entre temps, il dit au revoir à 2 touristes qui ont séjourné chez lui.
On démarre la visite et « Captain Hook » nous parle plus de botanique que de son village. On fait le tour du potager et il nous fait goûter des fourmis rouges. C’est assez étonnant car elles ont un goût citronné et c’est plutôt bon! Il finit par nous parler de son village et de ses coutumes. Ils vivent quasiment en autarcie et ils se marient généralement très jeunes (vers 3/4 ans). Les jeunes filles peuvent donc tomber enceinte dès 13 ans environ.

fourmis rouges en gros plan
Ils nous racontent que les villageois pensent que la terre est plate. Ils nous dit aussi qu’ils pensent que les personnes aux yeux clairs ont des yeux bleus ou verts car ils boivent trop de soda. Les villageois sont animistes et M. Hook n’hésite pas à nous dire que ces croyances sont « stupides » et qu’il aimerait changer les mentalités.

Il nous avoue que les touristes ne sont pas toujours les bienvenus dans le village et ça on veut bien le croire.

En effet, en arrivant au village une femme nous a crié dessus en nous dévisageant et ça n’avait rien de gentil…On ressort de cette visite avec un avis très mitigé. On a eu l’impression d’arriver dans un zoo et de payer une « visite » qui n’en était pas vraiment une. En bref, on a tout simplement pas accroché avec Mister Hook. On avait l’impression qu’il enchaînait les anecdotes chocs pour nous impressionner et au final on a pas très bien compris où allait l’argent de la visite…

Plantation de thé et ferme de vers à soie

On reprend le scooter et on continue jusqu’à une plantation de thé qui fait également ferme de vers à soir. Habituellement, il est possible de faire une visite guidée mais cela n’est pas possible en basse saison. Il y a néanmoins des panneaux explicatifs et un sens de la visite si on souhaite s’arrêter et découvrir la plantation par nous-mêmes, c’est gratuit.

plantation de thé dans le plateau des bolovens
On fait le tour de la plantation en lisant les quelques panneaux explicatifs. Dans cette plantation, on y fait notamment pousser du thé, des ananas, des avocats ou encore du poivre. On apprécie la visite et on apprend pas mal de choses notamment sur les vers à soie. Tout le processus ne se développe pas ici. Les villageois jouent également un rôle pour l’élevage des vers à soie. En repartant de la plantation, Clément apprend à Daïnah à conduire le scooter. Bon elle ne fera pas de route pendant la boucle (faut pas abusé) mais c’est un début 🙂 On trace ensuite vers une autre cascade.

boucle des bolovens

poivre du plateau des bolovens

Orages et fin du deuxième jour

Celle-ci se situe dans un hôtel. Le « PS Garden ». On a pas trop envie de rester dans cet hôtel et on va juste jeter un coup d’oeil à la cascade avant de reprendre la route. Le ciel s’est bien noirci et on sent que ça va éclater d’un moment à l’autre. On doit parcourir encore quelques kilomètres jusqu’à la cascade Tayiscua. Il devrait y avoir une guesthouse juste à côté. Le temps s’est bien rafraîchit et on caille sur le scooter.

On décide d’enfiler nos coupes vents et on enfile également nos jambes de pantalon de randonnée.

On se perd un peu et on croise un français qui est perdu également. Il n’a plus de batterie sur son téléphone et n’a plus accès à sa carte de la région. Il est ravis de nous croiser et il décide de nous suivre.

On arrive finalement à la fameuse guesthouse près de la cascade mais il n’y a personne. De plus les prix affichés sont plutôt chers (100,000 kips la nuit soit un peu plus de 10€). On fait donc demi-tour pour trouver un autre endroit où dormir. On croise une autre guesthouse mais le mec ne nous inspire pas vraiment confiance. On pousse jusqu’à un village voisin et on s’arrête au Plantinum Guesthouse. Bon, c’est une guesthouse où Yves nous avait déconseillé d’aller mais là il commence à flotter et c’est le seule endroit où il y a une chambre de dispo.
On s’y arrête et on prend une chambre à 80,000 kips (soit 8,60€ environ). On a juste le temps de ranger le scooter que l’orage éclate. Il pleut à grosses gouttes et on est arrivés juste temps pour éviter d’être trempés. On est bien contents d’être arrivés et d’être au secs. On reste à l’intérieur de l’hôtel le temps que ça se calme. On va ensuite manger un morceau dans un restaurant à côté de l’hôtel. Il y a de la musique brésilienne à fond les ballons et l’ambiance générale est plutôt sympa. En sortant, on recroise le français. Il n’a trouvé aucune chambre car tout est plein. Heureusement qu’il a une tente car il arrive à négocier un petit emplacement au Platinum Guesthouse où il peut dormir au sec!

Le plateau des bolovens : les superbes cascades de Tayiscua

On se lève tôt une fois de plus pour aller voir les cascades de Tayiscua. On achète un sandwich à 5,000 kips (environ 0,50€) pour le petit dèj puis on file en scooter vers les cascades. Une fois sur place (il n’est même pas encore 8h), on comprend qu’il y a en fait 5 cascades. On peut en voir 3 assez facilement en faisant une petite randonnée. Pour voir les cinq, il faut  y passer la journée et il est apparemment difficile de les trouver tout seuls. Qu’à cela ne tienne, on ira découvrir les trois premières cascades.

Randonnée pour voir les cascades de Tayiscua

On pose le scooter et on démarre notre randonnée. Il y a une famille de chiens qui décide de nous accompagner et ils sont adorables. Parmi eux, il y a un chiot qui galère un peu à nous suivre et on va l’aider tout le le long de notre balade. On arrive à une toute première cascade. Elle est plutôt petite et après ce qu’on a vu, on est pas vraiment impressionnés ais on s’y arrête un peu.
On se dirige rapidement vers une seconde cascade. Elle est beaucoup plus belle et imposante et on reçoit pas mal d’eau en s’approchant car elle est puissante. On reste là un moment à profiter du paysage puis on repart dans la forêt pour aller à la recherche d’une autre cascade. Les chemins sont assez glissants et pentus. On aperçoit pendant la balade une autre cascade au loin qui est aussi très belle. On arrive ensuite au bord d’une petite cascade où on peut se baigner.

cascade_tayiscua

cascade au plateau des bolovens
On est seuls au monde et on décide de rester là un moment histoire de faire trempette. Les chiens font de même et se posent à l’ombre. L’eau est froide mais qu’est-ce que ça fait du bien ! Le soleil tape fort et on apprécie d’être dans l’eau. On restera là près de 3h et il n’y aura qu’un autre couple de touriste qui viendra aussi profiter de la baignade. On a d’ailleurs du mal à quitter cet endroit!

baignade à tad tayiscua

Paksong et son micro-climat

Il est temps de reprendre le scooter. On rebrousse chemin et les chiens en nous voyant se lèvent et nous accompagnent jusqu’au début de la randonnée. Ils nous feront une dernière fois la fête avant qu’on parte. On remonte ensuite sur le scooter et on se rend vers Paksong. Le ciel est à nouveau menaçant et on aimerait éviter la saucée donc on s’arrête pour manger. On caille un peu et on décide de se prendre une bonne soupe pour reprendre des forces dans un petit boui-boui.

Yves ne nous avait pas menti, il y a un vrai micro-climat à Paksong et il fait vraiment froid par ici.

On est bien contents d’avoir emmené de quoi se couvrir. Une fois plein d’énergie, on reprend la route jusqu’à la cascade Tad Gneuang c’est un site aménagé et c’est bien moins charmant que là où nous étions ce matin. On descend malgré tout voir la cascade de plus près. Clément s’approche un petit peu trop et il est trempé ! Heureusement, il fait un peu plus chaud dans cette zone et il arrive à sécher rapidement.

cascade de tad gnueang

cascades boucles des bolovens
On se dirige ensuite vers la cascade la plus haute du Laos, Tad fan. Pour la voir, il faut se rendre dans un resort sur une plateforme qui a été aménagée. C’est assez décevant mais les cascades sont quand même superbes. Comme il est assez tôt, on décide de prendre un petit chemin tortueux pour se rendre jusqu’au sommet d’une des cascades. On avait vu ce chemin sur l’application « Maps.me » et on a dû enjamber quelques barrières pour y accéder. Le chemin est assez difficile car il faut pas mal descendre et ça glisse. Sachant qu’après ben il faut remonter ! On arrive finalement juste au dessus de l’une des cascades après quleuqes efforts, ça donne le vertige. On reste là un moment à observer le paysage puis on reprend la route…direction Paksé.

tad fan boucles des bolavens

cascade au laos
Nous n’avons pas fait les dernières cascades sur le chemin. Nous avions bien envie d’aller voir la cascade Tad Champi mais on avait aussi envie de rentrer. On a donc zappé les dernières cascades. Et puis mine de rien l’entrée et le parking pour chaque cascade, c’est un budget. On s’arrêtera juste sur le chemin pour regarder les forgerons au travail non loin de la ville de Paksé.

Bilan de la boucle du Plateau des Bolovens

C’était notre tour première boucle au Laos et on a beaucoup aimé! Les paysages du Plateau des bolovens sont magnifiques et ça vaut le coup de s’y balader pendant 3 jours. C’est un peu dommage que le second jour, il y ait moins de choses à faire et à voir mais globalement on a adoré. On reste en revanche toujours un peu mitigé sur notre visite du village de M. Hook. Mise à part ce petit détail, on retiendra surtout les magnifiques paysages et les cascades ainsi que notre visite de la plantation de M. Vieng.

Nos coups de coeur:

  • La visite de plantation de café de M. Vieng
  • Notre nuit à Tad Lo et notre rencontre avec la belge
  • La randonnée du troisième jour pour voir les cascades de Tayiscua, c’est THE incontournable lors de la boucle des bolovens !

On a moins aimé:

  • La visite du village de M. Hook, un peu trop étrange pour nous
  • Le deuxième jour où il y a avait moins de visites, on s’ennuyait un peu même si les paysages avant Tad Taiyscua sont supers beaux

Nos conseils pour une boucle sereine

Pour passer ces 3 jours de la meilleure des manières, voici nos quelques conseils. Certains peuvent paraître évident mais cela pourra au moins vous servir de rappel:

  • Pensez à prendre des habits chauds ou au moins un coupe-vent pour ne pas finir tremper. Il pleut très souvent sur le plateau des Bolovens quelque soit la saison, ça serait bête de se choper un rhume ! Inutile de vous dire qu’en basse saison c’est un indispensable.
  • Testez votre scooter avant de partir, ça ne coûte rien et ça vous permettra d’être plus confiant le jour du départ surtout si vous n’avez jamais conduit de scooter semi-automatique
  • Pensez à vérifier votre jauge d’essence pendant la boucle. On était à deux doigts de finir à sec le deuxième jour et on l’a vraiment échapper belle. En effet, il y a très peu de station service durant la portion du second jour donc mieux vaut remplir son scooter dès que possible. Cela sera sans doute un mauvais souvenir dans quelques temps car nous avons croisé de nombreuses stations d’essence en construction
  • Avancez son réveil. Cela vous permet de partir plus tôt que les autres touristes et de faire vos visites plus tranquillement. On a croisé très peu de touristes pendant la boucle et c’était plutôt agréable
  • Bien pensez à mettre son cadenas sur le scooter. Il y a de nombreux vols sur la boucle des Bolovens. Yves nous disait qu’il s’était fait voler une dizaine de scooters en 2016. Souvent c’était à cause d’une erreur de la part du touriste, ce dernier n’avait pas mis son antivol ou n’avait pas payé le parking lors de la visite de cascades. Cela ne coûte pas grand-chose et ce sera toujours moins cher que repayer un scooter ! Il ne faut pas devenir paranoïaque mais cela arrive donc il faut rester vigilants. Yves nous a particulièrement déconseillé de nous arrêter à la cascade de Katamtok car de nombreux vols ont eu lieu à cet endroit. On a suivi son conseil après chacun prend ses responsabilités.
  • N’oubliez pas votre trépied pour les amateurs de photos, c’est la fête de la pose longue avec autant de cascades 😉
  • Pensez bien à amener votre maillot de bain, vous pourrez vous baigner dans pas mal de cascades. Attention toutefois pour les femmes, se baigner en maillot de bain revient à se baigner nu pour les laotiens, il faudra donc se baigner habillés. Les pantalons de randonnées sont tout indiqué pour se baigner car ils sèchent vite. Daïnah s’est néanmoins baigné en haut de maillot et short de rando à Tayiscua car il y avait zéro chance de croiser un laotien. Mais c’est la seule fois où ça sera possible!
  • Préférez de bonnes chaussures de marche à de simples baskets pour notamment pouvoir faire la randonnée à Tayiscua. N’oubliez pas vos tongs, parfaites pour le soir et après la baignade 🙂

Découvrez notre carte informative :

La ville de Champassak

Dernière info, il est possible de visiter une très jolie ville du nom de Champassak à quelques kilomètres de Paksé. On avait décidé d’y aller si on faisait la boucle en 3 jours mais une fois arrivés à Paksé on a pas eu la force de reprendre la route. On a croisé des touristes qui l’avait fait et ils ont vraiment apprécié la visite. Il est d’ailleurs possible d’y rester pour dormir, au bord du Mékong. La ville est calme et il y a très peu de touristes qui y séjournent apparemment. L’attraction principale est le temple Vat Phou classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est un ensemble de temples et de structures datant de l’empire khmer. Yves nous avait d’ailleurs recommandé cette visite si nous avions le temps.

Informations pratiques concernant la boucle des Bolovens

  • Bus de Don Det à Paksé: 50,000 kips par personne (bateau inclus 50,000 kips par jour
  • Hôtel à Tad Lo, Palamei Guesthouse: 50,000 kips la nuit
  • Hôtel Platinum Guesthouse: 80,000 kips la nuit
  • Visite de la plantation de M. Vieng: 15,000 kips par personne
  • Visite du village de « Captain Hook »: 15,000 kips par personne
  • Entrée du village du « Captain Hook »: 5,000 kips par personne
  • Parking de la cascade Tad Song: 5,000 kips
  • Entrée de la cascade Tad Tayiscua: 5,000 kips par personne
  • Parking de la cascade Tad Tayiscua: 5,000 kips
  • Entrée de la cascade Tad Guenang: 10,000 kips par personne + 5,000 kips pour le parking
  • Entrée « point de vue »: 10,000 kips par personne + 5,000 kips pour le parking
  • Bus de Paksé à Thakhek (de jour): 100,000 kips par personne

On ajoutera très prochainement une vidéo à notre article pour vous faire découvrir le plateau des Bolovens comme il se doit. Restez à l’affût 🙂 Après la boucle de Paksé, nous prenons un bus pour se rendre dans la ville de Paksé. De là, nous ferons une autre boucle, la boucle de Thakhek. Nous nous y rendons le lendemain en bus. Nous avons hésité à prendre un bus de nuit mais cela revenait vraiment cher et on avait peur de ne pas se reposer suffisamment dans le bus. Ce sera malgré tout un trajet interminable et inattendu…On vous raconte ça très vite sur le blog. Si vous avez aimé notre article n’hésitez pas à le partager grâce aux boutons de partage ci-dessous. Et pour nous suivre au quotidien, suivez-nous sur Facebook ou Instagram.

L'article vous a plu ? Partagez-le ;)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
2

3 comments

  1. C’est toujours un plaisir de vous lire. Clément a du repnser avec Nostalgie à son Ludix.
    Sinon j’ai remarqué une coquille que je ne pouvais pas laisser passer On trouve ça très moyen sachant qu’Yves est vraiment là pour vous conseiller et qu’en QU’A de souci ça sera beaucoup plus facile de s’arranger avec lui. »
    La fatigue certainement 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *