Que faire à Vang Vieng si on aime pas le tubing ?

Après nos quelques jours à Vientiane, nous avions décidé de passer quelques jours à Vang Vieng. Nous voulions y aller en stop et nous nous sommes levés assez tôt pour avoir la journée devant nous. Nous avons marché près de 10km pour sortir de la ville sauf qu’on n’en sort pas vraiment. Il y a de nombreux villages qui se succèdent une fois qu’on a dépassé Vientiane. Et lorsqu’on est en ville, les laotiens ne comprennent pas trop pourquoi on fait du stop alors qu’on peut trouver un bus pour nous emmener où on veut.

Autostop entre Vientiane et Vang Vieng

On brandit quand même notre carton où on a noté « Vang Vieng » en gros. On attend près d’une heure et personne ne s’arrête. On décide d’écrire « Vang Vieng » en laotien pour voir si on a un peu plus de succès. A partir de ce moment là, on a l’impression que les gens nous regardent plus mais ils ne s’arrêtent pas pour autant. Ils nous sourient, nous font des signes mais ça s’arrête là. On continue d’avancer puis au bout d’une heure, on perd courage. Un laotien finit pas s’arrêter et nous propose de nous emmener à la gare routière la plus proche, on accepte.

Sur place, les prix sont beaucoup plus chers que ceux proposés à Vientiane. On refuse de payer si cher et on repart sur la route. Après encore une longue attente, on perd patience et on décide de prendre un bus local à 40,000 kips chacun (soit 4,30€ environ). Ce « bus local » et en fait un pick up aménagé avec des sortes de bancs à l’arrière. Au bout d’une heure, il commence à pleuvoir et on est donc à peine protéger à l’arrière. Heureusement, on a nos coupe-vents et nos housses de protection pour nos sacs car la pluie violente trempent complètement l’arrière du véhicule. Après plusieurs heures, on arrive enfin à Vang Vieng. La pluie s’est calmée et on peut chercher tranquillement un endroit où passer la nuit.

On fait plusieurs auberges et on nous propose toujours le même prix, 100,000 kips (10,80€ environ). On trouve cela bien trop cher et on continue notre recherche. On finit par tomber sur un hôtel super clean qui propose la chambre à 60,000 kips (6,50€). On accepte. Nous déposons nos sacs et nous allons nous balader. Nous sommes déjà en fin d’après-midi et le soleil revient doucement.

Vang Vieng, un passé sulfureux

Pour vous la faire courte, Vang Vieng était autrefois une ville synonyme de débauche où alcool et drogues coulaient à flots. L’attraction principale était le « tubing ». Le principe: descendre une rivière dans une bouée XXL et s’arrêter de bar en bar pour finir complètement bourré (à lire – article du Courrier International sur le sujet). Ce petit jeu a quand même coûté la vie à pas mal de touristes et le gouvernement laotien a fini par intervenir notamment en fermant les bars à 23h30. Aujourd’hui, la ville de Vang Vieng est calme et on ne croise plus que quelques groupes de jeunes australiens sûrement mal informés. Car le passé sulfureux de Vang Vieng est bien derrière elle et aujourd’hui la ville ressemble plus à un lendemain de cuite qu’à une grosse fête déjantée.

Mais alors si le tubing c’est fini, qu’est-ce qu’on peut bien faire à Vang Vieng ? Il faut savoir que les paysages qui entourent Vang Vieng sont magnifiques. La ville se situe dans une vallée entourée de montagnes karstiques. Il y a une multitude de grottes aux alentours et il est possible de faire des treks et des balades en kayak. Malheureusement pour nous, il a plu presque non-stop lorsque nous étions à Vang Vieng. Nous avons quand même pu louer des vélos pour explorer les alentours et s’improviser une petite randonnée en fin de journée le deuxième jour.

tubing à vang vieng

paysanne vang vieng

Cette randonnée nous a permis de nous rendre de l’autre côté de la rivière et de goûter à l’ambiance paisible qui y règne. Nous avons marché sur des petits sentiers en terre qui normalement amènent vers des grottes mais la plupart étaient fermées. Bon, en même temps on avait eu notre quota de grottes à Thakhek.

Balade en vélo à Vang Vieng

Nous avons loué des vélos pour une journée afin de découvrir les paysages autour de la ville de Vang Vieng. Nous voulions éviter un péage obligatoire de 4,000 kips (soit 0,40€ environ) en passant par un pont situé un peu plus loin en dehors de la ville. Ce fut une très mauvaise idée car une fois ce pont passé, la route est pleine de cailloux et est quasiment impraticable. Comme quoi il faut parfois savoir refréner son côté grippe-sou. D’ailleurs Daïnah crève une roue au bout d’une heure. Heureusement, on trouve rapidement quelqu’un pour la réparer pour 5,000 kips (0,55€). Une fois que la rustine est posée on peut tranquillement repartir. Sauf que la route est vraiment en mauvaise état et la roue de Daïnah crève une seconde fois !

vang vieng

Cette fois tant pis, on décide de continuer sans faire de réparations (ouais, sur le coup ça fait vraiment radin). On se rend vers un lagon qui se trouve à quelques kilomètres de la ville. Ce Blue Lagoon n’a de bleu que le nom et on est super déçus. On en profite pour visiter une grotte à côté puis on repart vers Vang Vieng. Pendant notre balade, on a quand même croisé de super paysages mais la qualité de la route et le temps pluvieux aura eu raison de nous!

campagne vers vang vieng

route à vang vieng

Informations Pratique pour Vang Vieng

  • Hôtel Phouna Guesthouse: 60,000 kips la nuit (soit 6,50€ environ)
  • Location de vélo: 10,000 kips par personne (soit 1€ environ)
  • Bus Vientiane – Vang Vieng: 40,000 kips par personne (soit 4,30€ environ)
  • Entrée du Blue Lagoon: 10,000 kips par personne (soit 1€ environ)
  • Péage pour traverser la rivière: 4,000 kips par personne (soit 0,40€ environ)  – Attention le prix augmente si vous êtes en vélo ou en scooter

Après deux jours à Vang Vieng, on décide de quitter la ville car la météo n’annonce aucune amélioration. On prend nos billets de bus pour se rendre à Luang Prabang, où nous resterons bien plus longtemps que prévu.

L'article vous a plu ? Partagez-le ;)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
1

3 comments

  1. J’y étais il y a 10 ans (avant que la presse internationale ne s’y intéresse enfin).
    C’était une horreur. On s’est éloigné de la ville à vélo pour visiter une grotte (en payant un enfant pour qu’il nous guide) on est reparti le lendemain.

    1. La ville n’a plus du toute cette aura de débauche et c’est tant mieux. Si le temps avait été plus clément nous y serions restés un peu plus longtemps je pense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *