Nouvelle Zélande

Le majestueux Mont Cook et ses lacs, Tekapo et Pukaki

on
mars 29, 2018

On ne devait pas le découvrir tout de suite mais finalement, nous voilà en route pour découvrir le Mont Cook (appelé également Aoraki par les maoris) et ces magnifiques alentours. Cela devait être la fin de notre itinéraire mais finalement notre premier arrêt se fera au lac Tekapo.

Sublime lac Tekapo

Imaginez un peu, nous quittons Christchurch, grande ville polluée, et au bout de quelques kilomètres à peine c’est la campagne à perte de vue. Les champs autour de nous sont jaunes, le ciel est bleu et l’air est doux. On se croirait sur la route des vacances, avec cette petite odeur de blé dans l’air (on exagère à peine). Daïnah s’endort paisiblement sur le siège avant et Clément au volant avale les kilomètres. Mais au bout d’un moment, Daïnah se réveille car la voiture va beaucoup plus vite que d’habitude. Clément a l’air stressé, ça ne sent pas bon. L’aiguille de l’essence est sur le rouge et on est à deux doigts de la panne d’essence. Heureusement, on arrive dans la petite bourgade de Fairlie qui est dotée d’une pompe à essence, on a sans doute évité une grosse dispute.

La route défile et au loin on aperçoit enfin une étendue bleue turquoise, le lac Tekapo se découvre peu à peu sous nos yeux. On aurait jamais pu imaginer un lac aussi bleu, on avait vu des photos mais on pensait juste que les gens abusaient un peu trop sur la saturation en retouchant leurs photos. Il n’en est rien, le lac Tekapo a tenu ses promesses il est juste sublime. On avait très envie de poser la tente au bord du lac mais cela n’est pas possible. Qu’à cela ne tienne, on reste au bord du lac un maximum avant de nous rendre au camping. On trempe les pieds et on profite du soleil.

lac tekapo

les alentours du lac tekapo

eglise du good shepherd

lac tekapo nouvelle zelande

lupins lac tekapo

La journée s’écoule paisiblement et on va planter la tente sur un camping non loin du lac. On attend avec impatience la nuit car la zone du lac Tekapo est dans une « dark reserve », on devrait donc pouvoir admirer comme jamais les étoiles. La nuit tarde à tomber et on vous la fait courte, on a essayé de trouver « le » spot de rêve pour faire des photos de ouf mais on avait plus de batterie. On a tout remballé et on a été se coucher sur cet échec.

Le lendemain, c’est la chaleur dans la tente qui nous réveille (et c’est assez rare pour le souligner). Le soleil tape fort et on prend le petit dèj au soleil, que ça fait du bien. A côté de nous, il y a une mère américaine et sa fille. Elles quittent la Nouvelle-Zélande et nous donnent ce qu’il leur reste comme nourriture. On discute un peu avec elle et on cherche une solution pour charger notre appareil photo. La solution se trouve au i-site mais elle coûte 2$. Et oui, on doit payer pour charger notre batterie sachant qu’on ne pouvait pas le faire dans un café même en consommant.

La batterie est pleine, il fait toujours aussi beau et chaud et on pique-nique face au lac. Sa couleur est toujours aussi incroyable. L’après-midi on décide d’aller marcher un petit peu. On se rend jusqu’au Mont John qui surplombe le lac. De là, on a une vue imprenable sur le lac et sur les alentours. On redescend en longeant le lac et on se dit que ça serait trop bête de ne pas plonger dedans. L’eau est très froide et ceux qui s’aventurent dans l’eau poussent de petits cris de douleur. En bon breton c’est de la rigolade pour Clément mais ça devient plus compliqué pour Daïnah. La chaleur aide et on apprécie cette petite baignade improvisée. La fin de journée approche et on se rend au Lac Pukaki proche duquel il y a un camping gratuit.

En route pour le lac Pukaki

On doit vous avouer qu’on a été assez dégoûtés par ce camping. Nous étions les seuls ou presque à avoir planté la tente et on n’était dans un coin tranquille. Trop tranquille sans doute car le matin le sol était jonché de papier toilettes autour de nous. Et oui les autres campeurs n’ont pas jugé bon d’utiliser les toilettes sèches du camping et ont préféré se soulager près de notre tente. Alors oui, l’odeur était assez insupportable dans les toilettes sèches mais ça reste 30 secondes dans une vie et ça ne nous semble pas insurmontable. Alors voilà, on aurait dû vous parler de la beauté de ce camping mais on en vient à vous parler de la saleté du lieu et on trouve ça plutôt triste…

lac pukaki nouvelle zelande

Pour les jours suivants, on préfère changer de camping et on campe au Lac Pokao cela nous permet de nous reposer et d’être dans un camping propre car moins fréquenté des touristes. Bon on a quand même croisé un mec qui pissait dans le lac mais cette fois on l’a interpellé vivement. Malgré une tentative d’argumentation de sa part pour justifier son acte, il comprend qu’il a eu tort.

lac pokao

La Hooker Valley et le Mont Cook

Il est temps de se rendre vers le Mont Cook. On part très tôt le matin pour profiter des paysages et pour arriver avant le rush car c’est une petite randonnée très populaire. On a bien fait de partir tôt, les paysages autour du mont Cook sont incroyables et on s’arrête toutes les 5 minutes. Sur place, il y a foule. On hallucine un peu. Il est temps d’aller voir le Lac Hooker de plus près et on commence notre marche jusqu’au lac. Ici on parle bien de marche et non de randonnée, le chemin a été aménagé et il suffit juste de suivre la foule.

Le ciel est plutôt couvert et on devine à peine le Mont Cook sous la couche épaisse de nuages. Nous arrivons finalement au lac et c’est juste sublime. Le lac est d’un vert laiteux et les icebergs n’ont pas encore fondus et flottent à la surface. On a rarement vu quelque chose d’aussi beau. Par chance, les nuages se dissipent et on aperçoit très clairement le Mont Cook qui s’élève majestueusement derrière le lac Hooker. On devine un visage dans la neige au sommet comme si il nous regardait du haut de la Nouvelle-Zélande.

lac hooker nouvelle zelande

hooker valley nouvelle zelande

mont cook

On découvre sur place qu’il y a énormément de randonnées à faire dans la vallée et autour des glaciers, c’est très difficile d’y résister mais Clément a ordre du médecin de lever le pied. On passe un temps fou à prendre des photos et à admirer ce paysage étonnant et irréel. Le ciel est à présent complètement bleu et le soleil tape. On aurait pas pu rêver mieux ! On repart vers la voiture à contrecœur car on doit voir un autre lac, le Lac Tasman.

Le lac Tasman

Le lac Tasman est facilement accessible et on arrive assez rapidement au point de vue qui surplombe toute la vallée. Il suffit de monter un certain nombre de marches et on arrive au point de vue en une vingtaine de minutes. On distingue clairement le lac et le glacier en arrière plan. Ce lac est également de toute beauté. Décidément, on en prend plein les yeux en Nouvelle-Zélande. La couleur de l’eau est un nouvelle fois superbe, c’est juste fou.

lac tasman

lac tasman nouvelle zelande

Autant vous dire qu’on a eu du mal à reprendre la route. On serait bien resté encore des heures à contempler ses paysages de folie mais il faut bien continuer le road-trip et trouver un camping pour un nuit. En quittant le Mont Cook, on fait de nombreux arrêts car les paysages qui bordent la route sont magnifiques. Le spectacle n’est pas fini.

route vers le mont cook

En roulant, on voit un certain nombre de voitures garées un peu n’importe comment au bord de la route. Curieux, on s’arrête. On comprend rapidement pourquoi toutes ces voitures se sont arrêtées. Les lupins au bord d’une rivière sont en fleur et c’est incroyablement photogénique. On se rend d’ailleurs compte que c’est le camping où nous devions dormir. Les bords de la rivière sont déjà envahis par les vans. C’est malheureux car il est interdit de camper au bord de la rivière pour ne pas abîmer l’écosystème mais ça personne n’a l’air de le savoir ou de s’en soucier.

On se gare non loin des toilettes et on attend que la lumière décline un peu pour aller prendre des photos. Le spectacle est encore plus magique. Sauf que la nuit arrive à grands pas et avec ça son lot de sandflies. Les « sandflies » se sont de petits moucherons qui piquent et qui te pourrissent la vie en Nouvelle-Zélande. On se demande comment on a pas pu en parler plus tôt. On en avait croisé au Lac Waikaremoana et depuis notre arrivée sur l’île du sud on y a droit presque tous les soirs.

Sauf que cette nuit il faisait beaucoup trop chaud et on a laissé une des fenêtres de la voiture entrouverte. Résultat, au moins une centaine de sandflies à l’avant de la voiture et dix fois plus à l’extérieur. On est obligés de rester dans la voiture le temps que ça se calme (que le soleil tape quoi). Ce matin là, on croise nos amis les bretons rencontrés sur la côte ouest, on leur raconte tout ce qui s’est passé depuis et ils n’en reviennent pas. Ils se dirigent vers le Mont Cook et nous nous allons vers Wanaka. On ne se croisera plus et on se dit au revoir, ce camping est quand même un bel endroit pour des adieux.

En passant par Lindis Pass et son « Old Hostel »

Pour se rendre à Wanaka, nous devons emprunter une des plus belles routes de Nouvelle-Zélande, Lindis Pass. Une route qui traverse des montagnes et qui nous amène jusqu’à Wanaka. . La route est sinueuse et un point de vue permet d’avoir un très beau panorama sur la route. Le moment est idéal, le soleil qui commence à descendre et les nuages dans le ciel nous gratifient d’une superbe lumière sur la vallée derrière nous. Il est assez tard et on décide de s’arrêter dans un camping pour la nuit. On doit franchir plusieurs barrières pour y accéder on se retrouve face à un vieil hôtel en ruines.

lindis pass

C’est assez flippant quand on arrive sur place. Il y a plusieurs « sites » aux alentours liés à l’époque de la ruée vers l’or. On croise notamment une ancienne maison de mineur, le dernier de Lindis Pass où quasiment tout est resté intact. Le lit, la cheminée et d’autres petits meubles. On se dit qu’il y a bien quelqu’un qui doit venir squatter là de temps en temps. Notre petite balade s’écourte à cause de la pluie. Demain, nous arrivons à Wanaka et nous allons y rester 3 semaines. On vous explique pourquoi dans notre prochain article.

L'article vous a plu ? Partagez-le ;)
  • 19
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    19
    Partages
TAGS
RELATED POSTS
1 Comment
  1. Répondre

    Julie

    mars 29, 2018

    Super découverte, je ne connaissais pas

LEAVE A COMMENT

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.