Nouvelle Zélande

West Coast: Visite écourtée de la Côte Ouest en Nouvelle-Zélande

on
mars 15, 2018

Après notre randonnée au parc national d’Abel Tasman et notre découverte des lacs Nelson nous nous dirigeons à présent vers la Côte Ouest de l’île du sud. Nous devions y passer plusieurs jours mais suite à l’accident de Clément, nos plans ont totalement changé. On vous partage malgré tout ce que nous avons vu sur place et on vous explique ce qui s’est passé…

Greymouth, la plus grande ville de la West Coast

Nous arrivons à Greymouth en fin de matinée après une longue route au milieu de nulle part. Greymouth est la plus grande ville de la côte ouest et on s’attendait à une « vraie » grande ville. En fait, c’est une petite bourgade où il n’y a pas grand-chose à faire. C’est marrant mais dès qu’on parle de « grande ville » sur l’île du sud, les néo-zélandais ont tendance à sourire. En gros, mis à part Christchurch, Dunedin et à la limite, Nelson, il n’y a pas de grandes villes. Cela va d’ailleurs bien nous ennuyer par la suite…Bon Greymouth a quand même un certain charme car elle possède de nombreux bâtiments anciens mais disons qu’il y a plus intéressant à voir aux alentours. A commencer par les Pancake Rocks.

Découverte des Pancakes Rocks

Les Pancakes Rocks c’est une formation rocheuse unique en Nouvelle-Zélande. A cet endroit, la roche a été littéralement sculptée par le temps et les vagues et cela donne des couches de roches semblables à des pancakes empilés les uns sur les autres. A cet endroit, il y a aussi des « blowholes », des trous qui laissent passer les vagues et qui provoquent un vacarme monstre. Lorsque la mer est vraiment agitée, l’eau remonte assez haut et est alors comparable à de la vapeur. On a alors l’impression de voir de la fumée sortir de ces trous béants.  C’est vraiment impressionnant et on reste là un bon moment. Surtout parce que je ne m’en lasse pas alors que Clément lui, il a l’habitude de la mer en bon breton.

pancakes rocks en nouvelle zelande

Il y a du monde sur place et c’est assez étrange pour nous car d’habitude on croise très peu de touristes. Enfin ça, c’était sur l’île du nord, maintenant que nous sommes sur l’île du sud on va devoir apprendre à partager les paysages incroyables que la Nouvelle-Zélande nous offre chaque jour.

west coast

pancake rocks

Les gorges de Hokitika

Lorsque nous étions sur la West Coast néo-zélandaise, il a beaucoup plu. Parfois, on ne pouvait même pas sortir pour se faire à manger car la pluie tombait non-stop. C’est ce qui s’est passé la veille de notre visite aux Gorges de Hokitika (et c’est important pour la suite de l’histoire). Nous nous rendons en voiture jusqu’à ces fameuses Gorges, véritable icône de la région, car ces gorges possèdent une eau turquoise indescriptible. Nous avons hâte de voir ça mais une fois sur place, grosse déception elles sont toutes…grises ! Sur le panneau explicatif, on comprend que l’eau change en fonction du temps. Comme il a plu la veille et les jours précédents), les gorges ont changé de couleur. Je vous raconte pas la tête de Clément en arrivant sur place! Lui qui y allait pour me faire plaisir…

hokitika gorge

L’accident qui a tout changé

La suite de notre itinéraire nous amène vers les glaciers. Le premier que nous allons découvrir est le Fox Glacier. Comme il se fait tard lorsque nous arrivons sur place, on décide de trouver un petit camping aux alentours. On se rend jusqu’au camping de Gillepsie Beach et on décide de planter la tente pour la nuit. Alors que Clément s’occupe de l’installer sous un vent assez fort, il se prend un des arceaux dans l’œil.

Alors que je suis dans la voiture en train de remplir les papiers pour payer le camping, Clément me dit qu’il s’est fait mal, très mal à presque en vomir par terre. Lorsque j’examine son œil, je pâlis. Son œil est injecté de sang et sa pupille est complètement dilatée, il ne voit plus rien de l’oeil gauche excepté du flou. On comprend tous les deux que c’est sérieux, il faut l’emmener à l’hôpital. Sauf que je n’ai pas le permis de conduire, il faut donc que quelqu’un nous conduise. Paniquée, j’essaye d’abord d’appeler les urgences mais nous sommes dans une zone sans couverture téléphonique. Heureusement, deux allemandes acceptent de nous conduire au centre médical le plus proche.

Au bout de 20 bonnes minutes (sans doute les plus longues de la vie de Clément). On arrive au centre médical. Sauf qu’il est tard et l’infirmière sur place n’est pas de garde. Elle refuse d’ausculter Clément ! Elle nous dit qu’elle va appeler l’infirmière de garde et qu’il faut patienter. On attend mais comme rien ne bouge, on la supplie de regarder l’œil de Clément. Jusque là, elle ne nous prenait pas vraiment au sérieux, elle devait sans doute penser qu’on dramatisait un peu trop. Sauf que lorsqu’elle se décide à regarder l’œil de Clément, son regard et son ton changent. Elle regarde Clément et lui dit: « Je pense que tu dois aller à Christchurch, il faut qu’un spécialiste t’ausculte. On va te transporter par hélicoptère »

Alors là, on reste bouche bée. On est encore plus stressés et clairement, Clem pense qu’il va perdre son œil. Elle passe plusieurs coups de fil pour organiser le transport de Clément. Nous, on reste dans la salle d’attente, complètement sonnés. L’attente est longue, très longue. Finalement, l’infirmière de garde arrive, elle ausculte à nouveau Clément et confirme le diagnostic. Nous attendons à présent l’hélicoptère. En attendant, l’infirmière me conseille de faire un petit sac qu’on pourra prendre dans l’hélicoptère. Je suis tellement paniquée que je mets tout et n’importe quoi dedans. Heureusement, on pense quand même à prendre nos documents importants.

Finalement, une ambulance arrive et nous transporte jusqu’à l’hélicoptère. Je ne sais toujours pas si je peux accompagner Clément à ce moment-là. On rencontre le pilote sur place et l’équipe médicale. On me confirme que je peux l’accompagner, « Tu es si petite on peut te mettre n’importe où dans l’hélico, aucun problème », me dit le pilote. Quel soulagement ! J’embarque donc à l’arrière et Clément est à côté du pilote dans son lit d’hôpital.

On met un peu plus d’une heure à rejoindre Christchurch. C’est la première fois que nous prenons l’hélicoptère et je suis un peu anxieuse. Un des mecs de l’équipe médicale me prête sa vision nocturne car la nuit est tombée. Je peux voir les montagnes enneigées qui nous entourent, c’est superbe et ça me permet de me changer les idées. Malheureusement, Clément n’aura pas cette chance, lui il ne pense qu’à une chose, voir un spécialiste au plus vite.

Nous atterrissons finalement à Christchurch. Clément se fait ausculter rapidement et bonne nouvelle il n’a pas besoin de se faire opérer. L’ophtalmo lui précise qu’il a eu beaucoup de chance de ne pas perdre son œil. En revanche, on lui donne plusieurs gouttes pour calmer l’inflammation et garder son œil dilaté. Vers 00h, tout est fini. Nous n’avons pas nos affaires, pas notre voiture et nous devons trouver un endroit pour dormir. On nous conseille un hôtel non loin de l’hôpital car le lendemain Clément doit de nouveau voir l’ophtalmo. Une fois dans notre chambre, on est épuisés et on est ravis de pouvoir dormir dans un lit, enfin cette journée se termine.

On va vous épargner les détails mais suite à cet accident Clément a dû être suivi de très près par un ophtalmo basé à Christchurch. Comme on vous le précisait au début de l’article, il n’y a pas vraiment de « grandes villes » dans l’île du sud et encore moins d’ophtalmo…Du coup, on a dû aller à Christchurch beaucoup plus de fois que prévu. La note positive, c’est que celui qui suit Clément est sans doute un des meilleurs de Nouvelle-Zélande car à chaque fois qu’on en parle, tout le monde le connaît et nous certifie que c’est quelqu’un de très compétent.

En tout cas, cet accident nous fait complètement revoir notre itinéraire afin qu’on puisse revenir assez régulièrement à Christchurch. Nos prochains articles seront un peu décousus et l’itinéraire ne fera pas vraiment sens mais on a fait ce qu’on a pu pour que Clem puisse se reposer tout en continuant à voir du pays.

A présent, nous devons récupérer notre voiture qui est garée depuis plusieurs jours au Centre Médical de Fox Glacier. Il n’y a pas 36 moyens de revenir là-bas, l’avion ou le train. On prend le moins cher et on se retrouve à prendre le « NZ Transalpine train« . Un train qui traverse les Alpes néo-zélandaises et qui offre des paysages somptueux. On vous en parlera dans un autre article mais on se dit qu’on va au moins en prendre plein la vue (sans mauvais jeu de mots). On doit ensuite prendre un bus. C’est toute une aventure!

Lorsque nous retrouvons la West Coast nous décidons de faire quelques visites. Seulement, Clément doit faire attention, il ne doit faire aucune activité physique dans le mois qui suit (et cela inclus bien évidemment la randonnée), c’est une vraie torture pour lui !

Retour à la West Coast: Lac Matheson et Fox Glacier

On décide de faire de petites marches calmes pour avoir un aperçu de cette partie de la Nouvelle-Zélande. On commence par faire le tour du Lac Matheson. C’est un lac qui est célèbre (surtout grâce à Instagram), car par temps calme les montagnes se reflètent parfaitement dans le lac. Nous n’avons pas eu la chance de voir ça mais la vue sur les montagnes depuis le lac est à couper le souffle.

lac matheson

lac matheson fox glacier

On se rend ensuite au Fox Glacier. On marche 30 minutes pour le voir et on est plutôt déçus, il est « petit » et il est « sale ». Nous qui pensions voir un glacier d’un bleu glacial, ce n’est pas du tout le cas. Le glacier Franz Josef est quant à lui différent. Il est beaucoup plus bleu et il est plus impressionnant. On réussi à l’apercevoir de loin mais on ne marche pas jusqu’au point de vue, Clément doit se reposer.

fox glacier west coast nouvelle zelande

Les jours suivants Clément se repose et on passe nos journées au bord de lacs (Lac Pearsons, Lac Ellesmere), dans des campings gratuits. On bouquine, on joue aux cartes, on s’occupe et on se dirige à nouveau vers Christchurch pour le suivi médical de Clément. Cela nous permet aussi de prendre un peu de recul sur notre manière de voyager, c’est aussi bien de prendre son temps et ne pas se presser. On préfère choisir ce qu’on a vraiment envie de voir quitte à « zapper » quelques sites connus.

route vers le glacier fox en nouvelle zelande

rivière à côté du fox glacier en nouvelle zelande

La West Coast, vous l’avez compris, est une région qui nous a laissé un goût un peu amer même si on y a vu de très belles choses. On pensait surtout à l’état de santé de Clément et on s’est aussi posé la question du retour. Heureusement, son suivi médical et son état étaient plutôt encourageants. Il a pu se rétablir assez vite et nous avons pu profiter de belles randonnées offertes par la Nouvelle-Zélande. Avant de vous parler de tout ça, on partagera très prochainement avec vous notre ressenti sur la ville de Christchurch et sur Akaroa, petite péninsule aux allures de France.

L'article vous a plu ? Partagez-le ;)
  • 17
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
    18
    Partages
TAGS
RELATED POSTS

LEAVE A COMMENT

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.