Tour du monde: 1 an de voyage, ça change quoi ?

Voilà, cela fait un peu plus d’un an que nous sommes partis « faire » le tour du monde. Ou du moins, cela fait un an que nous sommes sur les routes. En un an, nous n’avons traversé « que » 7 pays, cela peut paraître peu quand on lit que la moyenne des pays visités pendant un tour du monde avoisinent plutôt les 16. Un an de voyage, ça nous a changé et ça a aussi changé notre façon de voyager. Voilà donc un article un peu différent pour vous livrer notre ressenti et notre humeur du moment après 12 mois sur les routes.

1 an de voyage entre l’Asie et l’Océanie

Nous avons démarré notre périple par l’Asie, un passage obligé pour un tour du monde car c’est quand même synonyme de choc culturel. Nous on l’a aussi choisi pour le coût de la vie, on ne va pas se mentir 🙂 On parle plus longuement de l’Asie dans notre article « 6 mois en Asie » et on ne va pas revenir sur cette partie du voyage dans cet article mais plutôt sur l’après. Et oui, après l’Asie on a eu un sentiment de « moins bien », une sorte de petit plus qui manque lorsqu’on sillonne les routes de Nouvelle-Zélande. Fini l’émerveillement quotidien à chaque repas, fini les temples et les chocs culturels. Notre symptôme « post-Asie » a duré un mois environ puis on a réussi à passer à autre chose et à profiter des merveilles de la Nouvelle-Zélande. Parfois, il revient mais on sait maintenant qu’on vit juste autre chose.

moines birmans

le marché à Battambang

birmanie bagan

shan noodles birmanie

Tour du monde – 1 an de voyage: ça change quoi ?

1 an de voyage ça change pas mal de choses, du moins dans notre cas. La façon de voyager déjà, on avait une certaine façon de voyager au début de notre tour du monde qui a évolué petit à petit. On avait envie de tout voir, de tout visiter et de voir un pays dans son ensemble, à tout prix. Après plusieurs mois, on a vite compris que ce n’était pas possible, qu’on s’épuisait et surtout qu’on avait envie d’autre chose. Pourtant, on a essayé de ralentir le pas mais l’envie de parcourir un pays du nord au sud était trop tentant. C’est parfois difficile de s’écouter.

Après nos 6 mois en Asie, on s’est dit qu’on allait prendre notre temps. On avait demandé un Permis Vacances Travail pour la Nouvelle-Zélande et on a décidé d’y rester 5 mois. L’occasion de passer plusieurs semaines dans certaines villes et surtout de ne pas se presser. On a pu faire du HelpX et rencontrer des gens formidables, on a vraiment eu l’impression de vivre en Nouvelle-Zélande et d’en apprendre plus sur le pays et notamment sur la scission qui existe toujours entre descendants d’européens et maoris. Et oui, on est peut être un peu redondants mais l’envie de rencontres pour nous continue même après l’Asie. On aurait eu un avis très différent sur les néo-zélandais et leur histoire si on y était passé qu’en coup de vent. Là, on sent qu’on apprécie davantage ce qu’on vit.

shooting helpx tauranga
Alex est un expert en chasse et il nous a appris à tirer chez lui, on ne pouvait pas refuser.

C’est aussi un point important de notre voyage. La découverte du pays passe par des rencontres et par une connaissance de l’Histoire du pays. Comment entrevoir un pays comme l’Australie sans parler des aborigènes? Pour nous ce n’est pas possible. Notre soif d’apprendre ne s’est pas amenuisé en route et l’envie de rencontres non plus. D’autant plus qu’ici, le contact est plus facile grâce à l’anglais.

Mais voilà, parfois il est difficile de freiner ses envies et de se dire, on fait moins mais mieux. Alors en Australie on a décidé de faire un road trip de 2 mois entre Cairns et Melbourne. Pour certains ce n’est pas énorme mais pour nous c’était déjà trop. Avec le recul, on aurait aimé faire moins de kilomètres pour rester davantage aux endroits qui nous plaisaient. Mais le van était loué et le retour en arrière n’était pas possible une fois sur place. On vous parlera très bientôt de l’Australie sur le blog, vous verrez il y a du bon et du moins bon…

Toujours est-il que pour la suite du voyage (oui ce n’est pas encore fini!). On a essayé de repenser notre itinéraire. On a dessiné les grandes lignes de la suite du voyage et on a l’impression de mieux cerner nos envies. On va d’ailleurs visité deux énormes pays, le Brésil et l’Argentine et on ne va pas faire la même erreur qu’en Australie. Cette fois on ne visitera qu’une petite partie du pays. Alors oui, on a envie de voir la Patagonie, on aurait aimé passer par le Chili, on a dix milles envies mais au final, on a surtout envie de prendre le temps. C’est l’envie la plus forte et qui revient tout le temps.

La fatigue se mêle sûrement à ce récit mais il y aussi l’envie de repenser son voyage et de ne plus se laisser influencer par ce qu’on peut voir ou lire, même inconsciemment. Ce truc où tu te dis, « je vais louper quelque chose » « oh il faut absolument voir ça » « c’est dans le top 10 de Lonely Planet ». En fait, on s’en fout parce qu’on a pas envie de ça, on se l’impose pour l’écrire sur le blog ou pour dire « je l’ai fait ». Nous, on a juste plus envie de ça. On ne critique pas ceux qui le font ou qui veulent « tout voir », on a juste compris que c’était pas (ou plus) pour nous. Après, certains penseront qu’on va encore trop vite, chacun va à son rythme, nous on a trouvé le nôtre.

Le choix de prendre un cargo pour rejoindre l’Afrique est sûrement lié à notre envie d’y aller plus doucement. 10 jours au milieu de l’Atlantique, ne rien faire et se laisser porter, vivre au rythme du bateau. L’Afrique d’ailleurs, on avait envie d’y aller dès le début mais quand on cherchait des infos sur le sujet, on ne trouvait pas grand-chose et ça nous freinait. Mais une fois de plus l’envie était là alors on a revu nos plans et on a choisi un itinéraire qu’on a hâte de parcourir. Notre premier arrêt se fera au Sénégal. Mais ça ce sera en Juillet. En attendant, place à l’Amérique du Sud et à notre première étape l’Argentine (bon sur le blog il va falloir être patient, c’est l’Australie qui arrive).

L'article vous a plu ? Partagez-le ;)
  • 13
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    13
    Partages
0

12 comments

  1. J’imagine que les rencontres et le temps passé à découvrir en profondeur sont plus importants que de remplir une check list de tout ce qu’on a vu!

      1. Super votre voyage et votre blogue. Certainement, quand on voyage au long cours, on a besoin de prendre son temps sinon on s’épuise! Pas facile d’être toujours « on the move »! Et pour comprendre un pays, il faut le « vivre »… Bonne continuation, on attend la suite

        1. Merci pour le message. C’est vrai qu’on préfère de plus en plus prendre notre temps car être toujours en mouvement ça fatigue. On va essayer de garder le rythme pour continuer à partager notre voyage 😉

    1. On en profite chaque instant, malgré le léger coup de mou une fois arrivé sur le continent sud américain :). Merci, on essaie de garder le rythme et rattraper notre retard !

  2. Hello !
    L’Afrique est aussi dans nos projets (mais l’afrique de l’ouest, potentiellement en road trip entre Ghana, Burkina, Bénin, Côte d’Ivoire et Togo). Ce serait dans longtemps après notre PVT en NZ (et le retour en Europe via le transsibérien, si on ne change pas d’avis, donc d’ici un an ou deux !). Rentrer d’Afrique en Europe en bateau est aussi une question que l’on se pose. Mais le coût d’un tel voyage fait clairement péter le budget. Les cargos sont (contrairement à l’idée reçue) très coûteux. Avez-vous déjà une idée de comment vous y prendre ? Surtout pour vous, venant d’Amérique du Sud, je pense que ça complique encore d’avantage…
    En tous cas chouette projet !

    1. Bonjour !
      Super d’avoir un tel projet en tête. Nous on a fini par supprimer le transsibérien au début de notre voyage, on voulait pas tout dépenser dès le départ :). Pour le cargo, c’est effectivement beaucoup plus cher que l’avion (2x) mais c’est un choix qu’on a fait, voyager moins longtemps pour s’offrir ça. En revanche c’est simple pour réserver, nous sommes passé par l’agence Catalina qui nous a bien expliqué les démarches à suivre. Notre cargo est déjà booké car il faut s’y prendre longtemps à l’avance. Il y a peu de place sur le cargo et il se rempli vite.
      Profitez bien de la Nouvelle Zélande 🙂

      1. Salut, merci pour votre réponse !
        C’est vrai que le billet amerique-afrique est déjà très cher. C’est en partie pour ça qu’on a enlevé ce continent (et aussi pour faire moins de trajet longue distance). Au moins le cout du cargo fait (un peu) moins mal. 🙂 Moi j’espérais faire « côte d’Ivoire-france » (comme sur le blog One chai) mais à 70 euros par jour et par personne, c’est clairement hors budget. Peut être à la fin, si il nous reste de quoi le faire !
        Par contre je suis surprise pour le transsibérien. En faisant des arrêts et des portions de route étalées sur plusieurs mois (ce qui permet de découvrir plus la Russie) et jusqu’a Ulan Bator (ou dans l’autre sens pour nous), ça revient bien moins cher que l’avion. Et ça permet de prendre notre temps.
        Si on finit par le faire je reviendrais vous dire ce que j’en ai pensé 😀
        Profitez bien de l’Amerique !

        1. En fait, on ne souhaitait pas prendre le Transsibérien mais prendre le train Moscou-Kazakhstan. Cela nous faisait prendre plusieurs visas et on ne pouvait pas s’arrêter comme on voulait. De plus, on arrivait en Chine et le coût du voyage là-bas nous faisait un peu peur pour commencer notre tour du monde 🙂 Pour toutes ces raisons, on a changé nos plans. On est bien contents aujourd’hui de pouvoir terminer par le continent africain 😉

  3. Votre texte arrive à point, quoique trop court ( j’en aurai voulu davantage), ce dernier article vient me conforter avec l’idée que je ne peux pas tout voir au risque de m’épuiser. Je suis actuellement au Vanuatu et j’ai eu ma part de déboires justement parce que je tentais de tout visiter… J’ai décidé de ralentir en plein milieu de mon voyage et ça fait du bien. Au plaisir de vous suivre.
    -Signé, un autre blogueur voyage qui lui aussi a tenté de tout voir pour dire «je l’ai fait»…
    Robert
    Le Bobtrotteur.com

    1. Bonjour Robert et merci pour votre commentaire! Effectivement parfois il faut se faire une raison et se concentrer sur ce que l’on veut vraiment faire. J’imagine que c’est le cas au Vanuatu, l’envie de visiter un maximum d’îles au risque de s’épuiser. Même si c’est un lointain pays et qu’on n’est pas sûr d’y revenir de si tôt je pense qu’il faut savoir profiter de quelques lieux et ne pas courir dans tous les sens. Au plaisir de vous lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.