Melbourne: Visite de la ville, Street art, couchsurfing et parc nationaux

Melbourne sera notre dernier arrêt en Australie. C’est là que nous avons laissé notre van et là que nous prendrons notre avion pour rejoindre l’Amérique du sud. Bizarrement, on se sent soulagés de quitter l’Australie. Mais ce sentiment, on l’expliquera plus amplement dans un autre article. Ici il sera essentiellement question de Melbourne et d’Anthony, chez qui nous logeons via le site Couchsurfing. On vous parle aussi des parcs nationaux autour de Melbourne qui valent le détour: Les Grampians et Wilson Promontory. Nous avons préféré écrire un article distinct pour la Great Ocean Road que vous trouverez sur le blog très prochainement.

Wilson Promontory National Park

Avant de rejoindre la ville de Melbourne, nous nous rendons au Wilson Promontory National Park. Affectueusement appelé « The Prom » par les habitants de Melbourne, c’est un parc d’une rare beauté qui allie plages de rêves et randonnées en pleine nature. Sans oublier des sentiers dédiés à l’observation de la faune locale, autrement dit un vrai paradis pour les amoureux de la nature.

Nous voulions nous rendre à Wilson Promontory pour une chose bien précise. Voir des émeus. On nous avait dit qu’on était quasiment sûrs d’en croiser sur place et nous étions vraiment curieux d’en voir au moins un de nos propres yeux. Malheureusement, notre première marche, la bien nommée « Prom Wildlife Walk » ne nous offre pas d’émeus. On reste presque insensible face aux quelques kangourous qui traverse notre route, c’est dire!

nous au wilson prmontory

kangourou au wilson promontory melbourne

A Tidal River, on va s’informer sur les différentes possibilités de randonnées qu’offre ce parc. Cet endroit nous surprend car le parking est quasiment complet. C’est vendredi et les habitants de Melbourne sont bien là, on ne nous avait pas menti, « The Prom » est bien « the place to be » pour les sportifs du dimanche.

Avant de marcher un peu, on se balade de plages en plages. L’eau est magnifique, le temps est superbe et nous apprécions comme il se doit ce début de week-end ensoleillé. Nous avons souvent eu mauvais temps en Australie et ces journées de soleil nous remontent vraiment le moral. Surtout quand on se trouve dans un superbe parc national. Les plages de Picnic Bay, Norman Beach ou Wisky Bay rivalisent de beauté. On s’essaye au snorkeling mais les courants sont forts et on préfère ne pas insister. Surtout que les plages ne sont pas surveillées.

norman beach wilson promontory

norman beach australia

whisky bay wilson promontory

On profite de notre après-midi pour aller se promener jusqu’à Tongue Point, la pointe d’une péninsule qui offre de très beaux panoramas. Cette balade est magnifique et permet de rejoindre quelques criques, de véritables coins de paradis où l’eau est d’une clarté étonnante. Les habitants de Melbourne sont bien chanceux d’avoir ce superbe parc si près de leur ville. En fin de journée, on tente une nouvelle fois notre chance sur la « Prom Wildlife Walk », une fois de plus, on croise des kangourous et même des wombats mais toujours pas d’émeus. Il faudra attendre le lendemain pour croiser une première fois un émeu en train de traverser la route. Puis deux autres un peu plus loin, malheureusement trop peureux pour qu’on puisse garder ce souvenir figé en photo.

wilson promontory

tongue point track australia

park tongue australieOn aurait aimé resté un peu plus longtemps sur place (il y a avait une superbe randonnée de 3 jours à faire) mais nous avons encore du chemin avant de rendre notre van à Melbourne. Le temps est à présent compter et nous ne voulons pas louper la Great Ocean Road et le parc national des Grampians.

Le Parc national des Grampians

Le parc national des Grampians nous a tout de suite attiré car il possède de nombreuses peintures rupestres réalisées par les aborigènes d’Australie. D’ailleurs il possède un nom aborigène, Gariwerd. A l’origine, c’était une terre aborigène mais aujourd’hui, c’est un lieu de loisirs pour les australiens. Les Grampians abrite néanmoins plus de 80% des arts rupestres de l’état du Victoria et pour nous c’était une raison amplement suffisante pour s’y rendre.

Randonnée jusqu’au Mont Abrupt

Nous sommes arrivés par le sud et nous avons d’abord décidé de faire une randonnée jusqu’au Mont Abrupt. C’est une rando qui grimpe pas mal mais qui offre une superbe vue des alentours une fois au sommet. Daïnah souffre toujours un peu du genou et on prend notre temps pour se reposer de temps en temps. C’est d’ailleurs une bonne chose car on croise un échidné, ce drôle d’hérisson endémique de l’Australie. Il nous a entendu et s’est tout de suite caché près d’une racine d’arbre. Il reste immobile et ne bouge même pas la tête pour savoir si nous sommes partis. On ne veut pas le brusquer et on le laisse s’enfuir tranquillement en continuant notre chemin.

echidné australie

La randonnée vers le Mont Abrupt n’est pas longue, il s’agit juste de 7km. La vue au sommet est superbe. On ne tarde pas à être seuls sur place, face à nous une immensité verte et quelques sommets qui ressemblent davantage à des collines vus d’ici. En redescendant vers notre van, on croise à nouveau un échidné, celui-ci était en pleine activité et on a pu l’observer un moment avant qu’il ne s’échappe.

vers les grampians en Australie

australie sommet du mont abrupt grampians

Avant de nous enfoncer davantage dans le parc on fait une pause à Dunkled. Le centre d’information est tenue par une femme incroyablement gentille et on peut recharger nos appareils électroniques, prendre une douche et même remplir notre bidon d’eau.

Peintures rupestres aux Grampians

Bilimina Shelter

Nous pensions que cela allait être assez facile de voir les peintures rupestres dans le parc. Ce que nous ne savions pas c’est que la route qui nous sépare de cet art ancestral est en terre et en gravier. Un vrai cauchemar pour le van et son conducteur. Nous qui avions réservé une journée pour voir les 5 sites, nous n’avons pu en voir que deux. Le premier « Bilimina Shelter » se trouve près d’une cascade et d’un camping. Lorsqu’on arrive sur place, on gare notre van comme on peut et on se dirige à pied vers le site en question. Sur place, les vestiges sont entourés de grandes grilles et barbelés car ils ont souvent été vandalisés.

bilimina shelter grampians

Nous ressentons une certaine émotion lorsque arrivons sur place, voir ces peintures millénaires est quelque chose d’assez incroyable et qui provoque une certaine introspection. Daïnah est beaucoup plus touchée car c’est quelque chose qu’elle souhaitait voir depuis si longtemps. Mais quelque part, une certaine colère contenue nous anime. Voir ces barbelés, ces grillages nous indignent. Pourquoi des gens voudraient-t-ils détruire cet héritage d’une valeur inestimable? Sûrement les mêmes qui voudraient voir les aborigènes disparaître d’Australie.

Manja Shelter

Cet endroit est encore plus impressionnant que le premier. Manja Shelter regroupe une vingtaine de mains, des peintures d’animaux et d’humains. C’est tout simplement incroyable. C’est un témoignage du passé qui nous touche profondément. Notre imagination vagabonde, encore une fois c’est difficile de mettre des mots sur nos sentiments ce jour-là. On est complètement sonnés par la beauté de ces peintures rupestres, on imagine à peine ce qu’a dû être l’arrivée des Britanniques. L’angoisse des aborigènes face à ces inconnus, la suspicion, les guerres et l’extermination…

manja shelter grampians australie

manja shelterNotre dernier arrêt se fait au centre culturel aborigène de Brambuck. C’est un musée très intéressant. Entre témoignages et peintures aborigènes et même pour la première fois, l’évocation d’une guerre entre aborigènes et britanniques. Une fois encore, les témoignages nous prennent à la gorge. Certains proviennent d’aborigènes envoyés dans des « missions ». Une fois encore, les enlèvements, l’obligation d’oublier sa culture et d’en adopter une autre. Dans ces « missions », on dictait aux aborigènes leur conduite, qui marier, comment s’habiller et ce qu’il fallait oublier.

Les Grampians marque une première « fin » dans ce voyage. Dans quelques jours nous rendrons notre van et nous resterons quelques jours à Melbourne avant de nous envoler pour Buenos Aires. Fini le grand air, il nous reste que quelques jours avant de quitter le pays.

Bye Bye « Hippie Camper »

Nous arrivons donc comme convenu, le jour J au centre « Apollo » pour rendre notre van qui nous aura accompagné dans cette aventure australienne. On vous épargne le détail des échanges avec « Henriette » lorsque nous rendons notre van « Hippie Camper » dans la branche « Apollo » de Melbourne. Sur place, ce n’est que cris et frustrations. On vous extirpe de l’argent pour un oui ou pour un non et la force de vos cris ne suffira pas à baisser la note.

Nous ne sommes pas les seuls dans ce cas. Certains ont eu leurs vacances gâchés à cause d’un véhicule en mauvais état, on ne va pas se plaindre. On s’en tire avec une facture de 1000€ à cause d’un australien qui nous a foncé dessus dans l’état du Queensland. On aura beau demander une preuve des réparations (la tôle est légèrement abîmée) on aura rien de plus qu’un devis fait à la va-vite. 1000€ euros de moins, c’est 1 mois de voyage en moins, mais en même temps c’est le risque à chaque location, d’autant plus quand on va vers le moins cher. Au total, cela nous revient aussi cher que si nous avions pris un véhicule « Juicy » avec une assurance, alors inutile de se plaindre. On a encore des mois de voyage devant nous et on préfère ne pas s’attarder sur cet argent perdu. Mais sur le moment, on était vraiment hors de nous ! Il nous reste encore quelques jours en Australie et on compte bien en profiter. Nous nous rendons à Melbourne pour quelques jours très sympas avec Anthony.

Couchsurfing à Melbourne

Parfois, une rencontre change tout. Parfois, on repense un voyage entièrement après avoir rencontré quelqu’un. C’est ce qui s’est passé lorsque nous sommes arrivés chez Anthony. Nous avions eu des expériences étranges avec nos précédents Couchsurfing en Asie. Que ce soit avec King, où nous dormions dans une salle de classe, ou chez Sona au Cambodge qui rêvait d’un bar reggae.

Avant de rencontrer Anthony, on se pose dans un bar à Brunswick. La serveuse est vénézuélienne est Daïnah parle un peu avec elle. Elle est étonnée de pouvoir parler en espagnol avec…une française. Anthony, arrive vers 18h alors on patiente autour d’une bière et d’une barquette de frites. L’ambiance est sympa. Le quartier est cosmopolite et cela nous plait beaucoup. Nous nous rendons chez Anthony après avoir un peu sondé le quartier de Brunswick. On fait connaissance autour d’une bonne bouteille de vin que nous lui avons offert. L’atmosphère se détend au fur et à mesure que la bouteille se vide. Il nous cuisine un riz sauté très réussi avec quelques restes du frigo et on passe la soirée dans la bonne humeur. On apprend à se connaître, à raconter nos voyages à partager nos ressentis. Nous sommes sur la même longueur d’onde et on apprécie chaque minute passé en sa compagnie. Mais la fatigue nous gagne et nous allons rapidement dormir.

Melbourne et le street art

Le lendemain, Anthony travaille. Nous décidons d’aller voir quelques graffitis dans le CBD. Nous passons par Caledonian Lane et Union Lane, deux rues connues pour leurs œuvres aux murs. On se balade encore un peu dans le centre ville mais l’ambiance d’un jeudi après-midi avec tous les cols blancs nous oppresse un peu. On se déplace vers le quartier de Fitzroy où l’ambiance est plus détendue.

Le quartier de Fitzroy

Sur place on se balade sans but et on croise de magnifiques graffitis. Certains représentent des aborigènes et ils sont tout simplement sublimes. On apprécie notre petite balade dans ce quartier à taille humaine loin des buildings du CBD. C’est beaucoup plus agréable de se balader par ici. Il y a beaucoup d’endroits où manger mais on trouve que c’est plutôt cher et on ne souhaite pas retirer de nouveau de l’argent alors on économise comme on peut nos derniers dollars australiens. Pour manger, on privilégie le quartier de Brunswick.

melbourne street art

street_art_fitzroy_melbourne_aborigenele street art à melbourne en australie

Le quartier de Brusnwick

On avait déjà eu une bonne impression du quartier de Brunswick en arrivant la veille. Aujourd’hui, la bonne impression se confirme. Le quartier est cosmopolite, un brin hippie et on sent un vent de tolérance qui nous aura souvent manqué en Australie. A l’heure où nous arrivons dans le quartier, les cafés et les petits restaurants sont pleins. L’ambiance est bonne, on s’installe dans un petit café où une serveuse nous accueille avec le sourire. L’après-midi s’écoule paisiblement, on flâne, on boit une dernière bière et on retourne chez Anthony.

pore_jaune_melbourne

brunswick_street_art_melbourne

maison_ancienne_melbourne_perronvieille devanture de magasin à melbourne hipster

Cette fois, il a tout prévu pour le dîner et il nous cuisine de l’agneau avec des légumes. C’est tout simplement excellent. Ce soir-là, notre dernier en Australie, on donne notre ressenti sur le pays sans tabous. On aborde le thème du racisme et Anthony ne cille pas.

« Oui les australiens sont racistes surtout vis-à-vis des aborigènes. »

On n’avait donc pas imaginé ces regards et ces mots…On  parle de tout de rien, on partage notre fascination pour la faune locale et pour cette multitude d’oiseaux croisés tout au long du chemin. Anthony est amateur d’ornithologie, on passera donc le reste de la soirée à parcourir un livre en pointant du doigt les oiseaux que nous avons vu durant ces 2 mois en Australie. Cela l’étonne énormément de parler avec des voyageurs qui se rappellent chaque oiseau croisé sur leur route.

C’est notre dernière nuit chez Anthony et on a du mal à aller se coucher. On a rencontré quelqu’un avec qui ont a pu parler de tout et de rien. On s’est trouvé des points communs et on espère sincèrement recroiser sa route un jour. C’est sur cette note positive que nous finissons notre voyage en Australie. Nous ne ressentons aucune tristesse en quittant l’Australie. Ce pays nous a globalement déçus et nous sommes en même temps impatients de découvrir l’Argentine. Avant de clôturer le chapitre sur l’Australie, nous avons encore quelques articles à vous partager notamment sur notre ressenti. Cela arrive très bientôt sur le blog !

L'article vous a plu ? Partagez-le ;)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.