Mendoza: aux portes de la Cordillère des Andes

Nous voici à Mendoza. Cette nuit, nous avons roulé quasiment 700km pour arriver ici. Le Chili est aux portes de la ville et la Cordillère des Andes esquisse déjà son relief imposant. Entre vignobles et montagnes, Mendoza paraît être une escale idéale pour ressentir un peu plus l’Argentine et pour s’imprégner un peu plus encore du pays. Nous posons nos sacs à dos pour quelques jours et nous n’allons pas être déçus par cette ville qui a beaucoup plus à offrir que son vin.

Où dormir à Mendoza ?  L’Hostel Lao

Quand une ville nous marque, c’est souvent pour plusieurs raisons. Pour nous, le coup de cœur a commencé dès notre installation à l’hôtel. Effectivement, en arrivant à Mendoza, nous tombons sur une auberge pas comme les autres, l’Hostel Lao. Pourtant, ça n’avait pas très bien commencé, en arrivant, le réceptionniste nous parle d’abord en anglais. On est surpris et on répond en espagnol. Pas question de troquer la langue du pays par une autre.

A ce moment là, notre chambre n’est pas prête et nous devons patienter un peu, le réceptionniste est très sympa, on discute avec lui et il nous explique que sa famille fait partie d’une ethnie de la région mais qu’il souhaite progresser en anglais. Voilà pourquoi il nous parlait anglais un peu plus tôt. Il nous parle de la région, de l’amour qu’il a pour son lieu de naissance et à la fin de notre discussion, il nous propose la plus belle chambre de l’hôtel. On se retrouve dans une grande chambre avec une salle de bains rien que pour nous, le grand luxe.

L’Hostel Lao est tenu par un anglais qui vit en Argentine depuis 12 ans. Il passe souvent à l’auberge et il aime bien passer du temps avec les hôtes, que ce soit au pub ou en faisant un barbecue géant dans le jardin. Nous on a fait ni l’un ni l’autre car ce n’était jamais le bon moment pour nous mais c’est néanmoins appréciable alors on le précise

La ville de Mendoza

Nous sommes arrivés à Mendoza un dimanche et autant vous dire que ce n’était pas le jour idéal pour découvrir la ville sous son meilleur jour. On a quand même trouvé une rue animée, l’Avenida Aristides. Ce jour-là, on ne met rien dans l’agenda, on se repose et on décide de se faire plaisir. On mange dans un bon resto et on commande une bonne bouteille de vin. On passe l’après-midi en terrasse au soleil et on déguste notre premier vin de la région.

Aujourd’hui, c’est jour de match. Les supporters traversent l’avenida Aristides pour se rendre jusqu’au stade situé en amont de la rue. Certains chantent, klaxonnent et le patron  du resto n’attend qu’une chose….fermer boutique pour aller voir le match. On discute un peu avec lui, on lui demande le prix des places mais c’est un peu trop cher pour nous et on préfère rentrer à l’hôtel. Sur place, on croise un couple d’allemands avec qui on discute. Il y a un petit jardin avec une table et des chaises et il est possible de cuisiner et de dîner dehors. C’est vraiment un hôtel qui possède un cadre agréable.

Pendant nos quelques jours à Mendoza, on va profiter d’avoir une cuisine pour se faire de bons petits plats et manger à l’extérieur. C’est exactement ce dont on avait envie à ce moment là et c’est tellement agréable de pouvoir se faire soi-même un peu à manger. Surtout qu’à Mendoza, on peut accompagner son repas d’une bonne bouteille de vin de la région. Malheureusement, on a pas trouver de bons cavistes, nos meilleurs bouteilles on les a trouvées à Carrefour ! Pour le reste, on peut aussi aller faire un tour au Mercado Central pour trouver notamment des fruits et des légumes ou même pour manger des empañadas sur le pouce.

mafalda mendoza

mendoza

Les alentours de Mendoza: le tour des bodegas à vélo

Mendoza, on n’y vient pas vraiment pour visiter la ville en fait c’est surtout pour profiter des alentours. Imaginez un peu, Mendoza est située dans un environnement désertique. Il n’y a rien autour de Mendoza, mis à part une sorte de désert rocheux. Mais lorsqu’on quitte la ville, on aperçoit la Cordillère des Andes au loin mais aussi à ses pieds de superbes vignobles. Comment est-ce possible ?

A Mendoza, les précipitations sont faibles et l’approvisionnement en eau se fait grâce à des canaux. Cette utilisation des canaux est très ancienne et elle permet de récupérer l’eau des rivières qui provient des sommet des Andes. A Mendoza, l’illusion est parfaite, la ville est verte et les vignobles alentours nous feraient presque oublier le climat aride qui sévit dans la région.

vignes mendoza

Une des attractions touristiques de Mendoza est donc de faire le tour des caves à vins, les bodegas, en vélo. Pour se faire, on prend un bus puis on loue un vélo sur place. Pour nous, cela a été plutôt facile, il y avait 3 bus juste en face de notre hôtel qui pouvaient nous emmener à Maipu (la ville où se trouve toutes les bodegas où on peut ensuite louer des vélos): le 171, le 172 et le 173. Le trajet dure 45min environ.

A Maipu, « Maipu Bikes » se situe juste à côté de l’arrêt de bus. C’est donc un jeu d’enfant pour louer son vélo. Une fois que nous prenons possession de nos bolides nous nous dirigeons vers la première bodega « Mevi ».

On va tout de suite cassé le mythe, ce n’est pas du tout agréable de pédaler de bodegas en bodegas, on passe par une grande artère et on se retrouve au beau milieu de la poussière et des klaxons. Oublier le petit vélo vintage et votre chevelure aux vents zigzaguant entre les vignobles, on est pas du tout dans ce registre là.

Le jour où nous y étions, il y a avait du vent et on avait carrément du mal à pédaler et à se déplacer. Mais bon, on a joué le jeu et on a fait une première dégustation, on a payé 70 pesos et on a goûté deux vins mauvais. Alors oui, la dégustation se fait sur la terrasse de la bodega « Mevi » avec une jolie vue sur les vignes mais ce n’est clairement pas suffisant.

Heureusement, notre deuxième visite a été à la hauteur de nos attentes. Nous avons décidé d’aller à « Domiciano », une bodega plus ancienne. Cette fois, on dépense un peu plus d’argent pour déguster du vin qui en vaut la peine (soit 290 pesos pour 2). La jeune fille qui nous sert est très sympa, on discute avec elle, on en apprend plus sur son métier et bien évidemment sur le vin.

Dans la bodega, nous sommes seuls puis deux autres femmes nous rejoignent. Ce sont deux autres employées de la bodega. On commence à discuter avec tout ce petit monde et on accroche tellement bien avec elles qu’on passe près de 2h à discuter ensemble. On parle de l’Argentine, de la situation politique, du taux de criminalité qui augmente et des difficultés que rencontrent la classe moyenne pour vivre convenablement. Cette discussion a été très enrichissante et nous a montré une autre facette du pays.

bodega domiciano mendoza

On se joint ensuite à la visite guidée du domaine avant de rejoindre Maipu. Nous avons passé tellement de temps à la bodega Domiciano qu’on a pas envie d’en visiter une autre. D’ailleurs, il est déjà tard et les bodegas commencent à fermer. L’heure est venue pour nous de retourner vers Mendoza. On dépose nos vélos, on boit nos verres de piquettes gratos et on tombe sur un Canadien de Vancouver avec qui on discute. Il nous explique qu’il a acheté un petit vignoble pour se divertir et qu’il est venu à Mendoza pour voir comment cela se passait ici. Il n’a d’ailleurs pas été conquis par le vin, au moins nous ne sommes pas seuls !

oliviers mendoza

En route pour l’Aconcagua

Mais aux alentours de Mendoza, il n’y a pas que le vin. On en a parlé à demi-mots depuis le début de l’article mais il y a aussi la Cordillère des Andes, grande et puissante qu’on devine dès qu’on regarde au loin dans cette région. Le sommet le plus élevé de cette chaîne de montagne, c’est l’Aconcagua. Un géant de pierre qui porte bien son nom car le « Colosse de l’Amérique » comme il est parfois surnommé tient son nom du Quechua et signifierait « Gardien de pierre ».

aconcagua montagne gardien de pierre

montagnes aconcagua

L’idée n’est pas de gravir l’Aconcagua mais de le voir. Ce qui n’est déjà pas une mince affaire. Pour avoir la chance de l’apercevoir, il faut se rendre au parc provincial de l’Aconcagua. Situé à plusieurs kilomètres de Mendoza.

Comment se rendre à l’Aconcagua ?

Pour se rendre à l’Aconcagua, il faut prendre un bus en direction du Chili. Pour avoir la possibilité de faire l’aller-retour dans la journée, il faut se lever tôt. La gare routière de Mendoza n’a pas vraiment bonne réputation et on stresse un peu d’y aller à pied à cette heure matinale. Heureusement, sur place il y a des policiers qui surveillent la zone. Il n’est pas possible de prendre ses billets en avance donc nous devions être à la gare suffisamment en avance pour être sûrs d’avoir des places pour le premier bus.

C’est à présent chose faite, le bus démarre et nous nous endormons assez facilement. La lumière du soleil nous réveille ensuite doucement. La vue que nous avons depuis notre fenêtre de bus est incroyablement belle. Les paysages ont tellement changé! Nous apercevons un désert de roches et de superbes montagnes, la Cordillère des Andes. La roche est omniprésente, la nature est quasiment inexistante et le soleil accentue les tons beiges et pastels de ce décor lunaire.

Nous n’avons pas le temps de réaliser que nous arrivons déjà au « Parque Provincial del Aconcagua ». Nous sommes sept personnes à descendre, nous, 1 espagnol et 4 argentines. Nous allons chacun faire la randonnée à notre rythme et on se croisera de temps en temps en échangeant quelques phrases et sourires.

aconcagua

Ce jour-là, le temps est superbe et on aperçoit au loin l’Aconcagua qui se dresse fièrement dans la vallée. Il est massif, imposant et il tranche complètement avec les montagnes environnantes. On peut très distinctement voir les différents glaciers sur son sommet. C’est superbe. Dans la vallée, la randonnée est facile, on passe par différents points d’intérêts, on découvre notamment un lagon et des fossiles.

aconcagua argentine

Au bout de 2h30, nous arrivons au bout de la randonnée, devant un pont où commence la randonnée de l’ascension de l’Aconcagua. A cette période de l’année, le pont et la randonnée sont fermés. Nous n’irons pas plus loin. Nous longeons malgré tout la rivière pour avoir un autre point de vue sur le Colosse de l’Amérique puis nous rebroussons tranquillement chemin après avoir ingurgité notre casse-croûte.

aigle argentine

cordillere des andes aconcagua argentine

A présent, nous avons quelques heures devant nous pour rejoindre le village « Puente del Inca » où nous devons reprendre le bus. Nous empruntons d’anciennes rails pour arriver jusqu’au village. Les alentours sont magnifiques et nous sommes heureux de découvrir cette partie du pays, si différente de ce que nous avions pu voir auparavant.

parque provincial del aconcagua

Ce jour-là est également l’occasion pour nous d’observer nos premiers condors en train de dévorer une carcasse de vache. Clément est émerveillé! Ils sont immenses, il faut bien l’avouer mais étonnamment peureux. Nous découvrons également le « pont de l’inca », une formation de roches et de souffre. Les britanniques avaient construits à cet endroit un hôtel, aujourd’hui totalement en ruines.

Le village « Puente del Inca », n’est pas un village isolé et typique comme on pourrait le penser, c’est en fait un village touristique où de nombreux tours passent tout au long de l’année. On a donc le droit à une petite allée marchande où des babioles et souvenirs divers sont vendus aux touristes.

puent del inca

Le bus arrive peu après. On repart crevés mais le sourire aux lèvres et ce soir on ne se fait pas prier pour s’endormir. Deux jours plus tard, nous quittons Mendoza pour nous rendre à Tucuman. Nous allons rendre visite à un ami de la famille de Clément et on va découvrir encore une autre facette de l’Argentine!

Infos pratiques concernant Mendoza

Pour finir, voici quelques adresses à Mendoza qui nous ont plu, pour boire un verre ou manger:

Pour boire un verre:

  • Le Café Beirut, assez touristique (la serveuse nous a tout de suite parler en anglais!) mais parfait pour boire un verre.
  • Le supermarché Carrefour, c’est vraiment là où vous trouverez les meilleurs bouteilles de vin pour accompagner vos propres repas !

Pour manger:

  • « Don Quijote, cocina espanola« , alors oui ça s’appelle la cuisine espagnole mais on y mange de la très bonne viande argentine.
  • « El Palenque », un menu « obrero » pas trop cher et bien copieux.

Voici nos conseils pour se rendre à Maipu et faire le tour des bodegas à vélo:

Pour se rendre à Maipu en bus, il faut acheter une carte de bus et la recharger. Pour nous c’était très facile car notre hôtel nous a prêté la carte de bus (qui vaut normalement 10 pesos) et il y avait un marchand juste à côté de l’arrêt de bus pour la recharger. Comme expliqué dans l’article, vous devez prendre le bus 171, 172, ou 173. N’hésitez pas à dire au chauffeur où vous allez pour qu’il vous fasse signe au moment de descendre.

  • Bus Mendoza – Maipu: 27 pesos par personne
  • Location de vélo à Maipu: 150 pesos par personne

D’autres infos utiles:

  • Cordoba – Mendoza en bus: 1100 pesos par personne
  • Hostel Lao: 390 pesos

Et voilà, notre visite de Mendoza se termine et nous avançons un peu plus vers le nord, prochaine arrêt, Tucuman.  Alors la balade vous a plu ?

L'article vous a plu ? Partagez-le ;)
  • 27
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    27
    Partages
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.