Notre tour dans le Salar d’Uyuni en Bolivie

L’Argentine est derrière nous et nous n’avons qu’une chose en tête, notre tour dans le Salar d’Uyuni et Sud Lipez. Les jeunes français que nous avons pris en stop dans les alentours de Salta, nous ont parlé et reparlé de ce désert de sel incroyable et des paysages époustouflants qu’on traverse durant ces 4 jours de tour. On a hâte de voir ça de nos propres yeux.

Notre arrivée en Bolivie

Mais commençons pas le commencement. Pour quitter l’Argentine nous avons dû nous rendre jusqu’à la frontière bolivienne en bus. Nous avons pris un bus depuis la ville de Salta jusqu’à La Quiaca. De là, nous avons marché à pied jusqu’à la frontière bolivienne. Durant ce laps de temps, on a croisé pas mal de voyageurs en vélo avec qui on a discuté, ils avaient l’air très fatigués ! Nous qui voulions enfourcher des vélos pour parcourir l’Argentine…

Nous arrivons finalement à Villazon. Le passage de frontière se fait en un claquement de doigts, rien à voir avec l’Asie. C’est tellement rapide que je préfère confirmer que tout est en règle avec un policier bolivien. Car le papier qu’on nous a donné (un papier qui ressemble plus à un ticket de caisse qu’à un visa) suffit apparemment pour rentrer en Bolivie. Il confirme et nous souhaite la bienvenue dans son pays. On ne s’impatiente pas et on se dirige vers la gare routière. Nous aurions dû regarder plus attentivement nos passeports car celui de Clément n’a pas été tamponné et cela nous causera du tort durant la suite du voyage….

Contrairement à ce qui est indiqué sur Maps.me, la gare routière ne se situe plus au centre ville. On se renseigne auprès des habitants et on nous indique la toute nouvelle station bien excentrée. On décide d’économiser quelques bolivianos et d’y aller à pied, c’est aussi l’occasion de prendre le pouls du pays. Malheureusement on ne croisera pas grand monde, si ce n’est quelques boliviens légèrement éméchés autour de la buvette du match de football du dimanche. Nous arrivons tranquillement à la station de bus.

De là, on achète un billet pour Tupiza. À la gare routière, le changement de décor est déjà saisissant. Autour de nous, nous croisons beaucoup de cholitas, ces femmes boliviennes en habits traditionnels, jupe bouffante à volants, châle sur les épaules et chapeau-melon avec deux tresses longues. Beaucoup de paysans sont là également avec des cargaisons de maïs ou d’autres fruits et légumes. Les rabatteurs crient à gorge déployés des noms de villes que nous ne connaissons pas encore « Sucre, Uyuni, La Paz, etc ».  La gare routière est un spectacle en soi. On décide de grignoter un peu, on achète du pain et un avocat en attendant notre bus.

En prenant des nouvelles de notre bus, on se rend compte que l’heure n’est pas la même qu’en Argentine ! Il faut donc retirer une heure à l’heure Argentine. Voilà pourquoi on ne comprenait pas lorsqu’on nous parlait d’un bus qui partait à 15h alors que pour nous, il était 15h passé ! On comprendra aussi que la ponctualité est une chose toute relative par ici…Bienvenue en Bolivie !

La ville de Tupiza

Le trajet se passe sans encombre et nous voilà enfin à Tupiza. On vient de passer une journée dans les transports et on ne veut qu’une chose, une chambre douillette. En Bolivie, c’est apparemment beaucoup demandé. Il fait déjà beaucoup plus froid qu’à Salta et les chambres sont glaciales. On en trouve une pas trop mal à l’hôtel Coronel Pedro Arraya et on s’y installe. Le gérant est un homme assez fermé et pour le moins étrange mais le prix est correct alors nous ne faisons pas les difficiles.

Tupiza est notre premier contact avec la Bolivie mais avant les visites et le premier contact réel avec la Bolivie, nous souhaitons d’abord organiser notre tour dans le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez. Le Salar d’Uyuni est le plus grand désert de sel du monde. Le sel est exploité mais la vraie richesse se situe bien en dessous. En effet, il semblerait que le Salar d’Uyuni détiendrait un tiers des réserves de lithium au monde! De quoi faire rêver plus d’un industriel et avec lui le gouvernement bolivien qui espère bien en tirer un maximum de profit.

Mais revenons à nos moutons, dès le lendemain de notre arrivée, nous faisons le tour des agences de la ville de Tupiza. Objectif, trouver une agence qui nous corresponde et qui ne coûte pas trop cher pour visiter le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez. La plupart des tours proposent des circuits organisés de 4 jours depuis Tupiza. Il faut savoir qu’il est possible de partir encore plus longtemps si on souhaite gravir un volcan par exemple mais là encore, il faudra dépenser plus.

vigognes bolivie

Choisir son agence pour un tour dans le Salar d’Uyuni

Nous avons demandé un devis à quatre agences qui organisent chacune leur propre tour dans le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez. En comparant les prestations, nous nous sommes aperçus que nous faisions globalement le même tour quelque soit l’agence.  En définitive, chaque touriste fait le même tour dans le Salar d’Uyuni, vous ne louperez rien quelque soit l’agence car tous les 4×4 empruntent le même chemin. Voilà déjà une chose importante à savoir.  Nous avions demandé des devis aux agences suivantes: « Natural Adventure », « Tupiza Tours », « Alejandro » et  » La Torre » et à chaque fois, on nous a confirmé que le tour était très similaire. Alors qu’est-ce qui va changer selon les agences ?  Voici quelques éléments de réponses:

  • La qualité et la quantité de nourriture
  • Les « extras » (avoir ou pas de l’alcool/cocktails/etc.)
  • La flexibilité des guides
  • La place dans la jeep
  • Le sérieux et la sécurité

En parlant à plusieurs autres touristes durant le tour, on a pu établir cette petite liste. Sachez que le guide est tout aussi important que l’agence avec laquelle vous partez. Il est donc primordial de savoir qui va vous accompagner. Nous avions rencontré un des guides de « Natural Adventure » et cela nous a bien conforté dans notre choix Personnellement, cela nous a également rassuré de faire le tour des agences et de voir ce qu’ils proposaient, le choix devient déjà moins difficile.

Néanmoins, si nous avions eu un peu plus de budget, nous serions sans doute partis avec « Alejandro » qui semblait proposer plus de randonnées et points d’intérêts différents. Mais pendant le tour du monde, le plus important c’est le budget alors nous nous sommes tournés vers le plus offrant, Natural Adventure.

Natural Adventure, notre choix pour notre tour dans le Salar d’Uyuni

Nous avons choisi Natural Adventure car nous avions formé dans la journée un groupe composé de deux français et d’une hollandaise. Natural Adventure nous proposait la formule la moins chère alors on a pas hésité très longtemps. On a d’ailleurs fait un peu le forcing et joué sur la concurrence pour avoir notre tour à 1050 bolivianos par personne. Il faut bien penser qu’à cela s’ajoute à de nombreuses extras notamment les eaux thermales, les toilettes (et oui) et quelques entrées supplémentaires (on vous donne tout le détail en fin d’article). On vous dira d’ailleurs en fin d’article ce que nous avons pensé de cette agence mais en attendant, place à la découverte de Tupiza maintenant que notre tour est bouclé pour le lendemain.

Après avoir fait le choix de notre agence, tout le groupe va manger au marché. Daïnah se rappelait des bons plats des marchés péruviens et elle avait très envie de tester les marchés boliviens. Les marchés boliviens débordent de produits frais, d’avocats, de tomates et de nombreuses racines et légumes en tout genre. Le marché est bruyant, coloré et on croise toujours ces cholitas en habits traditionnels. Dans un coin précis du marché, on peut s’attabler pour manger, les plats ne coûtent rien et il y a de quoi faire. On s’installe tous à une table et on commande. On découvre notamment la « sopa de mani », une soupe à base de cacahuètes qui deviendra le plat préféré de Daïnah en Bolivie (car on vous rappelle qu’à partir de maintenant, ça caille, alors la soupe c’est la base).  Ce repas nous permet de faire connaissance et de se mettre d’accord sur ce qu’on a envie de faire pendant le tour dans le Salar d’Uyuni. Mieux vaut être tous sur la même longueur d’onde.

L’après-midi le groupe se sépare, on se balade et on achète quelques provisions pour le tour dans le Salar d’Uyuni. Quelques pommes, des feuilles de coca pour l’altitude et de l’eau car il semblerait que cela ne soit pas prévu durant le tour. On a donc dû acheter des bouteilles en plastiques (ça faisait longtemps et ça nous a un peu brisé le coeur). On en profite aussi pour boire des jus de fruits frais dans une petite échoppe. La vendeuse nous propose de goûter une herbe un peu particulière qui est sensé nous donner pleins de vitamines. On en raffole pas mais ça nous permet de discuter un peu avec elle. Nous y reviendrons d’ailleurs à plusieurs reprises, notamment pour partager cette découverte avec notre groupe.

Notre tour dans le Salar D’Uyuni

Premier jour du tour

Nous nous levons à 6h pour être prêts à partir dès 6h30. Nous attendons une quinzaine de minutes à peine avant l’arrivée de Milton, notre guide pour ce tour de 4 jours dans le Salar d’Uyuni. Camille, Albert et Annette arrivent juste après. Nous sommes prêts pour le départ. On charge le 4×4 et on prend la route. C’est précisément à ce moment là que l’une des bretelles du sac à dos de Daïnah lâche…Heureusement, pour l’instant, ce n’est pas très embêtant.

Durant cette première journée, nous allons nous arrêter à différents points de vue. Notre tout premier arrêt se fait à « El Sillar » puis à la « Valle de la Luna ». Nous avons choisi de partir plus tôt pour essayer d’éviter les autres groupes et cela semblait plutôt bien fonctionner. Mais dès notre second arrêt, on aperçoit d’autres jeeps à l’horizon.

On prend notre premier petit déjeuner dans la nature, quelques gâteaux et du thé avant de réaliser où nous sommes. Le paysage à des airs de la région de Salta, encore cette terre rouge/ocre et ses formations rocheuses étonnantes. Le soleil se lève doucement et les paysages sont déjà superbes même si pour nous cela à un goût de déjà vu. On ne traîne pas trop et on remonte tous dans la jeep, direction le village de Cerrillos, un petit village paumé avec quelques maisons en briques de terre. La pauvreté se fait clairement sentir, certaines maisons ne sont pas terminées et une vieille planche de métal fait office de portes pour la plupart des habitations. On comprend vite qu’il est inutile de chercher des toilettes dans le coin, il n’y en a pas.

Nous sommes accueillis dans une petite maison et surprise il y a plusieurs tables et donc plusieurs groupes. C’est assez décevant de manger avec d’autres touristes, mais cela fait aussi partie du jeu. La nourriture est bonne, du riz, de la salade et on est tous bien calés après ce repas. On insiste tous pour reprendre la route assez vite pour devancer un peu les autres groupes. Milton nous comprend et accepte, nous repartons tous dans la jeep.

Nous nous arrêtons de nouveau plusieurs fois, là encore les paysages nous rappellent l’Argentine. Nous sommes à la « Ciudad del Encanto » mais on se croirait revenu quelques jours en arrière à « Las Flechas » autour de Salta. Ici, on peut vraiment se dégourdir les jambes et marcher un peu. Cela fait du bien car jusqu’à présent, les pauses étaient bien courtes.  Cela nous permet aussi de faire quelques photos et vidéos. Nous reprenons ensuite la jeep pour nous rendre au « Pueblo Fantasma ».

sud lipez

El Pueblo Fantasma

Le Pueblo Fanstama (village fantôme en Français) est un village en ruines. Un guide local raconte aux touristes l’histoire de ce lieu insolite. Une fois encore, nous rejoignons plusieurs autres groupes. Le guide nous raconte l’histoire d’un village où l’exploitation des mines alentours et l’arrivée des Espagnols a complètement bouleversé le quotidien des habitants. La légende dit que le diable est venu dans ce village et qu’il reviendra d’ici une soixantaine d’années pour redonner vie aux mines surexploitées…Véritable légende ou histoire pour touristes, on ne le saura pas. Mais lors de la visite, on croise quelques touristes français qui nous font un peu honte…C’est aussi ça, les tours organisés.

Nous reprenons la route et la lumière décline doucement, ce qui donne une beauté unique aux paysages environnants. Les montagnes se dessinent de plus en plus et le froid se fait également plus vif. Notre dernier arrêt se fait à la superbe Laguna Morijon puis nous rejoignons notre auberge pour la nuit. La nuit est déjà bien noire quand nous arrivons sur place, le froid est glacial et le ciel est de toute beauté. Sur place, on se réchauffe avec des infusions à base de coca et on rencontre une famille de français qui fait le tour du monde avec leurs deux enfants, Orphée et Hector. On dîne tous ensemble et la pauvre Annette se retrouve avec une table à 99% française !

sud lipez uyuni

Tour du Salar d’Uyuni: deuxième jour

Jour 2: Daïnah a passé une nuit en enfer, elle est tombée malade et elle ne tient pas debout, ça promet pour la suite. Le matin, elle n’avale rien à part des médicaments pour tenir le coup. Aujourd’hui, on va faire pas mal de voiture et ce n’est donc pas plus mal. Nous allons aussi croiser pas mal d’animaux, ce n’est pas anodin, la veille nous sommes officiellement rentrés dans la réserve national de la faune andine Eduardo Avaroa (à noter que l’entrée est payante et qu’elle n’est pas incluse dans le tour).

Ce matin, nous croisons donc des nandous (des sortes d’autruches) mais aussi des vigognes et des lamas. En arrivant près de la Laguna Hedionda, nous pouvons aussi observer des flamants roses, l’un des temps forts du tour. Bien que Daïnah soit toujours dans un sale état, elle sort aussi de la jeep pour profiter du spectacle. Il y a une centaine de flamants roses sur place et on se régale en les prenant en photo. Ils sont si élégants, perché sur leur jambe ou en plein envol, c’est vraiment un superbe spectacle. Dans ces moments là, on oublierait presque le froid ambiant!

flamants roses dans la laguna hedionda

Nous continuons notre chemin vers le désert de Dali. Sûrement un des paysages les plus incroyables que nous ayons vu. Une palette de couleurs pastels et des formations rocheuses insolites qui rappellent bien évidemment le peintre Salvador Dali. On a littéralement une peinture en face de nous, on a du mal à en croire nos yeux. L’étonnement ne s’arrête pas là, la Laguna Verde, un peu plus loin, est également un petit bijou qui nous laisse bouche bée. À cet endroit, nous rencontrons un renard à moitié apprivoisé par les guides qui le nourrissent. Il sait où trouver de la nourriture et traîne dans le coin. Il est donc très facile de le prendre en photo et de l’observer.

lac gelé et montagne en bolivie

La Laguna Verde

La Laguna Verde est connue pour changer de couleur et devenir d’un bleu turquoise éclatant. Pour assister à ce véritable spectacle, il faut de la patience et peu de guides en ont. Nous sommes 2/3 jeeps à rester jusqu’au bout pour assister à cette transformation naturelle hors du commun. Le spectacle valait bien l’attente, le lagon change de couleur sous nos yeux et devient éclatant, c’est vraiment surprenant. Place maintenant aux eaux thermales, ici beaucoup paient pour se baigner dans des eaux chaudes entourées de paysages incroyables. Nous on passe notre tour, notamment parce que Daïnah est toujours malade. On décide de se promener à la place et ce n’est pas plus mal, il faut dire qu’on a plus vraiment l’habitude de côtoyer du monde aussi longtemps et un peu de solitude nous fait du bien !

renard bolivie

Geysers et Laguna Colorada

Après le repas, on reprend la route pour voir une autre curiosité géologique, des geysers. La jeep monte jusqu’à 5000 mètres d’altitude et Daïnah n’en peut plus ! Là, le froid est plus intense et le vent est violent. Daïnah admire les geysers depuis les vitres de la jeep. Clément lui crapahute entre les geysers et apprécie le paysage. Une fois encore, les paysages sont incroyablement beaux. Le dernier arrêt de la journée se fait à la Laguna Colorada. Pour beaucoup de touristes, c’est le clou du spectacle car la couleur de l’eau oscille entre l’orange et le rouge écarlate en passant par des teintes presque violettes. C’est tout simplement irréel.

C’est aussi l’occasion de croiser d’autres flamants roses et des lamas. Ici la nature est paisible et elle n’est dérangé que par le bruit des jeeps qui s’arrêtent ici à longueur de journée. Daïnah reste dans la jeep, son état ne s’améliore pas et depuis la montée en altitude, c’est même pire…Clément profite de ce lieu unique en compagnie du reste du groupe. Là, nous avons pu rester un peu plus longtemps, plus d’une heure pour admirer cette étendue colorée. Mais Milton a fini par aller chercher le groupe pour qu’on puisse arriver assez tôt à notre auberge pour la nuit. Dernier arrêt, Villa Mar, petit village où nous dormons cette nuit.

laguna colorada et sa montagne en arrière plan
laguna colorada en bolivie sud lipez
sur es bords de la laguna colorada

Troisième jour du tour dans le Salar d’Uyuni

C’est déjà le troisième jour de notre tour dans le Salar d’Uyuni et bonne nouvelle, Daïnah va beaucoup mieux. Ce matin, nous avons le droit à deux pancakes par personne, et oui pour la nourriture locale, on repassera…On prend ensuite la jeep pour nous rendre vers des formations rocheuses qui ont chacune un petit nom, le chameau ou encore la coupe du monde. Rien d’incroyable ici mais au moins, on a du temps pour profiter des alentours et pour se promener un peu. On a même l’occasion d’observer un nandou d’assez près.

nandou bolivie

Direction ensuite la Laguna Negra. Pour s’y rendre, il faut marcher quelques minutes. L’eau des ruisseaux est gelée et Clément s’amuse à la faire craquer sous son poids, ça amuse d’ailleurs beaucoup les enfants de la famille française, Hector et Orphée. C’est aussi l’occasion de croiser quelques viscaches, un rongeur de la région qui se rapproche un peu d’un Chinchilla. Nous sommes le seul groupe avec la famille française sur place et on profite comme il se doit du calme environnant. Milton nous a prévenu, ce soir nous dormons aux abords du Salar d’Uyuni et il va y avoir beaucoup de touristes !

laguna negra prise au grand angle

Le midi arrive doucement et nous faisons un pique-nique tous ensemble (notre groupe et la famille française) au bord d’une rivière. Nous partageons la même cuisinière avec la famille et nous faisons donc nos repas ensemble. Cela nous permet d’avoir plus de place dans notre jeep et de se mélanger davantage. Plusieurs groupes se sont également arrêtés pour pique-niquer mais chacun reste assez loin pour avoir un semblant de moment unique.  On vous cache pas qu’à ce moment là, on commence un peu à saturer du tour. On ne remet pas en question la beauté des paysages mais le circuit organisé commence à nous peser un peu.

reflet sur la laguna negra en bolivie

L’après-midi, on se rend à un autre point de vue qui nous permet d’admirer un fleuve qui serpente dans la vallée en contrebas. Les alentours sont désertiques et l’eau tranche complètement avec l’aridité qui nous entoure. Avant de rejoindre notre fameux hôtel de sel, nous faisons un dernier arrêt près d’un lagon. Là, rien d’exceptionnel c’est plutôt un prétexte pour une pause pipi. On sent déjà que la fin du tour arrive et honnêtement on a hâte de voir le Salar d’Uyuni et de clôturer ce tour. Dans l’après-midi, on arrive à notre hôtel et comme nous sommes le seul couple du tour, on a droit à une chambre rien qu’à nous (fini les dortoirs). On s’installe et on prend notre goûter avec le reste du groupe. Cela fait un bien fou d’avoir une bonne boisson chaude car comme vous pouvez vous en douter, l’hôtel n’est absolument pas chauffé ! L’hôtel est vraiment construit en sel et c’est assez fascinant à voir. Le sol et même le lit sont en sel!

rivière anaconda en bolivie

Le soir venu, on se rend au Salar d’Uyuni pour regarder le soleil se coucher. Là, il faut bien se couvrir car dès que le soleil disparaît, les températures tombent. On tient quand même le coup et on profite du coucher de soleil. On aura beau avoir vu des photos de ce coucher de soleil, on peut vous dire que c’est quand même superbe de voir les couleurs pastels se confondre entre le ciel et la couche d’eau toujours présente sur le Salar d’Uyuni. Ceci est d’ailleurs assez inhabituel car le Salar devrait être complètement sec à la mi-mai. C’est une chance pour nous, car le Salar devient un miroir parfait et c’est vraiment magique. Après le coucher de soleil, on ne traîne pas et on file sous la couette. Camille a réussi à convaincre tout le groupe d’aller voir les étoiles tôt le lendemain et on décide tous de se lever vers 4h pour être sûrs d’en profiter.

degrade pastels coucher de soleil bolivie salar
coucher de soleil dans le salar d'uyuni et reflets pastels dans l'eau

Dernier jour du tour dans le Salar d’Uyuni

Nous y voilà, c’est le dernier jour de notre tour. Comme prévu, nous sommes levés à 4h pour partir au plus vite dans le Salar d’Uyuni et observer les étoiles. On roule une bonne trentaine de minutes et on s’arrête au beau milieu du Salar d’Uyuni. Quelle bonne idée de s’être levés aussi tôt ! Le ciel est incroyablement scintillant. On peut même observer plusieurs étoiles filantes, c’est vraiment époustouflant. On prend le temps d’immortaliser ce superbe ciel étoilé et on reste là un petit moment, ébahis par la beauté de notre univers. Il fait quand même très froid et même avec des couvertures on sent le froid glacer nos os. Au loin, on aperçoit déjà les phares de toutes les jeeps qui arrivent en file indienne. Il est temps de lever le camp. Milton nous invite à remonter dans la jeep pour nous rendre jusqu’au lieu où nous allons observer le lever du soleil.

voie lactée dans le salar d'uyuni en bolivie

Le Salar d’Uyuni

On roule presque une heure avant de rejoindre l’île Incahuasi. L’un des seuls endroits un peu surélevé dans le Salar d’Uyuni. Nous montons jusqu’au sommet de cette petite île après nous être acquittés des droits d’entrée. Petit à petit, les jeeps et avec elles les touristes arrivent en masse sur l’île. Il y a un monde fou sur l’île et on n’apprécie pas du tout ce lever de soleil. Ce moment qu’on nous obligerait presque à apprécier parce que c’est marqué dans un guide… Dès les premières lueurs, on rebrousse chemin et on retrouve notre jeep. On voulait un peu se balader mais le petit déjeuner est déjà prêt. On s’attable tous ensemble pour manger et on attend impatiemment la chaleur des rayons du soleil qui se lève.

On remonte dans la jeep et cette fois on ne repartira pas du Salar d’Uyuni avant d’avoir fait quelques photos humoristiques propre à la perspective du Salar.  On se prend au jeu et finalement, on rigole pas mal. Milton nous montre aussi un gros morceau de sel et nous en dit un peu plus sur le Salar d’Uyuni. La fin du tour approche. Nous faisons un dernier arrêt dans un hôtel de sel transformé en musée où se mêle aussi quelques informations sur le Paris-Dakar. On s’y arrête un peu et on roule ensuite jusqu’au village de Colchani. C’est ici que nous prendrons notre dernier repas avec le reste du groupe. Nous voilà de retour à la civilisation, c’est assez étrange. Le village est un véritable centre touristique avec ces étals de marché remplis de souvenirs destinés aux touristes. Nous qui ne croisions presque aucun touristes en Argentine, ça nous fait tout bizarre de voir cette horde de touristes dans un si petit village !

photo perspective salar d'uyuni en bolivie

Le cimetière de train

Avant de se quitter, nous nous arrêtons encore à un endroit, le cimetière des trains. C’est un endroit insolite qui à notre sens sert plus à meubler le dernier jour qu’à une vraie visite intéressante. Car il s’agit juste de quelques trains oxydés au milieu de nulle part. Pas de quoi nous extasier. Cette visite marque la fin de notre tour dans le Salar d’Uyuni. Milton nous accompagne à la gare routière dans la ville d’Uyuni pour que chacun puisse partir où bon lui semble. Nous partons en direction de Potosi, notre prochaine étape. Milton a été un guide irréprochable et nous lui donnons un pourboire pour lui montrer à quel point nous avons apprécié ce tour. C’est ici que nos chemins se séparent.

Notre avis sur le tour du Salar d’Uyuni

Honnêtement, les paysages sont à couper le souffle lors de ce tour et il est difficile d’en sortir sans avoir des étoiles plein les yeux. Pour nous le deuxième jour aura été le plus époustouflant car nous avons pu voir des paysages somptueux et très différents de ce que nous avions pu voir auparavant durant notre tour du monde. On a aussi pu voir une faune incroyable et c’est un régal d’avoir pris un tas d’animaux en photos tout en les observant.

Le vrai point négatif et qui nous a pesé en fin de tour c’est justement d’être dans un tour organisé. Quand on voyage depuis plus d’un an à deux et qu’on a ses petites habitudes, ça fait drôlement bizarre de se retrouver dans un groupe de 5 personnes. De devoir manger en même temps à heure fixe et de devoir suivre des horaires précis. Il y a aussi cette frustration de ne pas pouvoir s’arrêter quand on veut ou ne pas pouvoir s’arrêter aussi longtemps qu’on le souhaite. Tout ça, on l’avait pas vraiment anticipé mais dire que cela nous a gâché le tour, ça serait quand même bien ingrats de notre part.

Ce tour est incroyable et même si ce n’est pas notre manière de voyager il faut dire qu’on en a quand même pris plein les yeux. Les photos parlent sans doute d’elles-mêmes ! Bien évidemment, l’état de Daïnah ne nous a pas permis d’apprécier pleinement ce tour mais on garde néanmoins de très belles images en mémoire. Vous l’aurez compris, le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez sont des endroits étonnants à découvrir.

Pour finir, on vous donne quelques conseils pour faire ce tour dans les meilleures conditions:

  • Prendre des habits bien chauds (on était pas du tout équipés et en journée on avait d’ailleurs plusieurs couches de vêtements). Ne pas être bien équipés peut vraiment vous gâcher le tour.
  • N’oubliez pas votre crème solaire, vos lunettes de soleil et…votre papier toilette !
  • Si vous avez apprécié votre guide, n’hésitez pas à lui laisser un petit pourboire 😉
  • Nous avons pris Natural Adventure mais n’hésitez pas à vous renseigner sur place, des départs sont prévus tous les jours
  • La meilleure période pour faire ce tour est d’Avril à Décembre. Une partie de l’année le Salar est complètement inondée et peut être impraticable. On vous conseille quand même Avril ou Mai car le Salar a des chances d’avoir encore de l’eau et c’est quand même assez fou à voir !

Voici maintenant les informations pratiques concernant le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez:

  • Prix du tour pour 4 jours:  1050 bolivianos par personne
  • Prix de notre hôtel à Tupiza « Coronel Pedro Arraya »: 80 BOB pour 2 personnes
  • Billet Uyuni – Potosi: 30 BOB par personne
  • Entrée Ciudad del Encanto: 10 BOB par personne
  • Entrée Pueblo Fantasma: 15 BOB par personne
  • Entrée Réserve Naturelle: 150 BOB par personne
  • Entrée île Incahuasi: 15 BOB par personne

N’hésitez pas à nous laisser un message si vous avez des questions ou si vous avez simplement aimé notre article 🙂 Prochain arrêt, Potosi !

L'article vous a plu ? Partagez-le ;)
  • 44
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
    45
    Partages
2

8 comments

  1. Magnifique ! Chapeau au photographe et au rédacteur. Merci pour ce post. Il y a tout pour pouvoir à notre tour découvrir ces merveilles. Nous sommes une famille et nous aussi nous ne sommes pas fans des tours organisés. Mais parfois il n’y a pas le choix et ça serait dommage de passer à côté de tels sites.

    1. Bonjour Sandrine, merci d’avoir pris le temps de nous laisser un message, ça fait plaisir 🙂 Si vous êtes en famille, vous pouvez négocier un 4×4 juste pour vous (si vous êtes au moins 4). La famille qui était avec nous a fait le tour comme ça, on se retrouvait juste pour les repas et ils ont beaucoup apprécié ce tour en privé 😉

  2. Hello!

    Tout d’abord merci pour la qualité de l’article et toutes ces informations et ces magnifiques photos. Vraiment un grand bravo. Ce qui me dérange néanmoins c’est la façon dont vous critiquez les autres touristes. Si vous, vous avez envie de visiter ces sites la ne soyez pas étonnés que d’autres personnes aient envie de le faire. Ça m’agace vraiment en lisant votre article ces références au fait que vous voulez être « seuls », partir en premier pour éviter les jeep remplies de touristes au lieu de vous concentrer sur la beauté du moment.. c’est vraiment dommage.
    Encore un grand bravo et merci pour ce partage de photos et d’informations

    1. Bonjour Elisa merci pour ton message. Je comprends qu’à la lecture de l’article cela puisse te paraître un peu « gonflé » de se plaindre des autres touristes. Il faut savoir qu’avant ce tour, on avait eu la chance de louer une voiture à Salta dans le nord de l’Argentine et de profiter des lieux seuls. Certains touristes sont vraiment irrespectueux et cela ne nous a pas permis de profiter pleinement du Salar d’Uyuni c’est un fait. Après avoir eu notre véhicule en Nouvelle-Zélande, en Australie et partiellement en Argentine, ça fait vraiment bizarre de côtoyer de nouveau du monde, et clairement on a eu mal à revenir dans un circuit plus touristique. J’espère que malgré tout, vous aurez envie de découvrir nos prochains articles 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.