Potosi: la ville la plus haute du monde

En arrivant à Potosi, on avait déjà senti un certain bouillonnement, une ambiance, comme un air de fête en sortant du bus. Indéniablement, quelque chose se préparait dans la ville. En cherchant un hôtel avec Camille et Albert, on est tombés sur des groupes de jeunes, bruyants et le sourire aux lèvres. Il y a du monde dehors malgré la nuit tombée et un homme crie dans un haut parleur.

On ne cherche pas à comprendre, ce qu’on recherche en priorité, c’est le calme et un bon lit. Lorsqu’on se réveille assez tardivement le lendemain, outre le fois glacial dans la chambre qui nous surprend, on entend déjà que ça remue à l’extérieur. Pour parer au froid, on prend une bonne douche chaude et on sort de notre hôtel pour voir ce qui se passe.

Potosi, ville la plus haute du monde

Dehors, c’est la fête. Des enfants et des adolescents défilent dans la rue en costumes traditionnels. Il y a foule sur les trottoirs, personne ne veut louper ce spectacle. Toutes les générations sont représentées et lorsqu’on s’assoit sur un des trottoirs pour regarder ce défilé de couleurs, c’est une bolivienne aux cheveux grisonnants qui nous explique que les enfants défilent sous l’étendard de leur école. En fait, on voit des classes défilées dans la rue! Le ciel est bleu à ce moment là et le soleil des montagnes nous réchauffent. La température n’a rien à voir avec celle ressentie ce matin dans notre chambre.

potosi fete bolivie

On en profite pour se balader dans les rues. On passe par le marché et on s’arrête au stand de fruits pour boire un bon jus de fruit frais. La vendeuse est amusée de voir des touristes et discutent un peu avec nous. Dire qu’on nous avait dit que les boliviens étaient froids, on ne ressent pas du tout cet à priori par ici. Le centre ville de Potosi est coloré et rappelle une gloire passée.

En effet, Potosi était le centre névralgique de  la Bolivie et également la caisse de la couronne d’Espagne. Le Cerro Rico, la montagne qui trône fièrement face à la ville est, depuis le 16ème siècle, exploitée pour le minerai qu’il renferme, l’argent. Des caisses d’argent étaient transportés depuis Potosi vers l’Espagne. Mais cet argent a été extrait au péril et au prix de beaucoup de vies, les indiens d’abord mais aussi des africains, emmenés ici en esclavage. L’Histoire hors du commun de cette ville nous a été raconté à la Casa de la Moneda.

la montagne cerro rico qui domine la ville de potosi en bolivie
Le Cerro Rico

Une visite très instructive sur le passé de la ville et sur son faste d’antan. Les visites se font en français, en anglais ou en espagnol et c’est vraiment une visite à ne pas louper si on s’intéresse un tant soit peu à l’histoire de la Bolivie. Lors de cette visite, on a notamment découvert des oeuvres d’art étonnantes. Des représentations de vierges peintes par des artistes boliviens qui ressemblent à s’y méprendre aux représentations de la Pachamama. Un syncrétisme qui est très présent en Bolivie et qui mêle traditions andines et religion catholique.

La visite que Daïnah a choisi de prendre en espagnol est composée de beaucoup de boliviens, passionnés comme on peut l’imaginer par l’histoire de leur pays. Ils posent énormément de questions et le tour de la Casa de la Moneda dure finalement plus de 2h. De quoi apprendre pas mal de choses sur le pays. C’est aussi l’occasion d’échanger avec quelques boliviens ravis de voir des touristes dans leur pays. Décidément, les boliviens sont très accueillants, bien loin de l’image qu’on veut leur donner!

De la richesse passée de Potosi, il reste beaucoup de vestiges coloniaux, notamment des couvents et des églises. Pour comprendre un peu plus le passé de la ville, nous décidons de visiter quelques lieux marquants comme le Couvent « San Francisco ». Cela nous permet d’en apprendre plus sur les franciscains mais aussi sur une mystérieuse statue. Ici en Bolivie, les religieux venus évangélisés quelques siècles plus tôt ont laissé la tradition s’immiscée dans la religion. L’occasion d’accroître le nombre de fidèles et de lier certaines légendes à la religion catholique.

Lors de la visite du couvent, on nous a présenté une statue qui a une valeur inestimable pour les « potosinos », el « señor de la Vera Cruz ». Cette statue en bois est apparue à la porte du couvent au 16ème siècle, il s’agit de la plus vieille sculpture religieuse en Bolivie. Cette statue aurait réalisé de nombreux miracles comme venir à bout d’une épidémie de peste ou faire tomber la pluie à la suite d’une sécheresse. Pour ceux que ça intéresse, voici un article qui en parle plus longuement (en espagnol).

Lors de nos quelques jours à Potosi, on profite également du beau temps pour nous rendre jusqu’au mirador de la « Torre de la compania de Jesus ». Cela nous permet d’avoir une vue imprenable sur la ville avec le « Cerro Rico », la montagne la plus proche, en toile de fond.

potosi bolivie vue d'en haut
tit d'une eglise à potosi en bolivie

Potosi a également été une étape marquante dans notre voyage puisque c’est dans cette ville que nous avons fêté les 32 ans de Daïnah. L’occasion de découvrir un très bon restaurant « Phisqa Warmis », où Daïnah a eu droit à un véritable festin. Autant vous dire qu’après 5 jours de maladie, ce fut un véritable plaisir de manger de la bonne cuisine dans un lieu aussi sympa que ce resto !

Dans un tout autre style, on a aussi appris l’existence des BTS à Potosi, dans une petite pizzeria tenu par une famille bolivienne où la fille de la famille regardait les « Billboards Awards » à la télé, vêtue d’un pull « BTS ». Ce boys band coréen est très connu là-bas et apparemment les filles en sont folles. Voilà pour la petite anecdote. On finit cet article en images avec quelques photos supplémentaires et nos conseils pratiques.

ruelle colorée à potosi en bolivie
place centrale potosi
couloir du couvent san francisco à potosi
toits de la ville de potosi en bolivie

Où manger ou boire un verre à Potosi ?

  • Phisqa Warmis, on vous conseille ce resto les yeux fermés, c’est très bon et les serveurs sont très sympas.
  • La Plata, un café un peu cher situé sur la place du centre ville de Potosi. Idéal pour un thé ou un café.
  • Pour les petites bourses, le restaurant situé à l’étage à côté de l’hôtel « Filmar » (on ne sait plus s’il a un nom). C’est une sorte de cantine qui sert de grosses portions pour des prix imbattables.

Informations Pratiques

  • Hôtel Felcar: 70 BOB pour 2 personnes
  • Bus Uyuni – Potosi: 60 BOB
  • Potosi – Sucre: 40 BOB
  • Entrée Casa de la Moneda: 60 BOB par personne (avec permis photo)
  • Entrée Couvent de San Francisco: 20 BOB par personne
  • Entrée mirador « Torre de la compania de Jesus »: 10 BOB par personne
L'article vous a plu ? Partagez-le ;)
  • 23
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    23
    Partages
1

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.