Visiter le Pantanal nord au Brésil: notre guide complet

Nous avons quitté la Bolivie pour le Brésil et nous n’avons pas perdu de temps. Nous nous sommes directement rendus à Cuiabá, point de départ pour un safari dans le Pantanal. Nous voici à présent dans l’une des plus grandes zones humides au monde. Le Pantanal, c’est une partie de la planète où la biodiversité a trouvé un refuge, où nos cinq sens sont constamment en éveil et où on pourrait sans doute découvrir de nouvelles espèces aujourd’hui.

Pourtant, le Pantanal n’a rien à voir avec l’Amazonie. En arrivant sur place, on ne découvre pas une forêt vierge luxuriante mais plutôt des marais à perte de vue et une route droite en terre qui traverse la zone du nord au sud, la Transpantaneira.  Comment cette plaine d’immensité pourrait accueillir la plus grosse densité de jaguars au monde ? Nous avons été les premiers surpris en le découvrant. Et pourtant, les chiffres parlent d’eux-mêmes. Le Pantanal, c’est un paradis pour les jaguars mais aussi un paradis pour les oiseaux, on y compte en effet plus de 650 espèces d’oiseaux. La particularité du Pantanal c’est que cette partie du globe est inondée une partie de l’année et certaines espèces se retrouvent ainsi isolées. L’humain ne peut les atteindre et cela est une aubaine pour les animaux qui peuvent s’épanouir sans risque.

Mais comment sommes-nous arrivés là ? Dans notre dernier article, nous embarquions dans un train en direction du Brésil (le fameux « train de la mort »). L’idée de nous rendre au Pantanal ne nous est pas venu avant le tour du monde, à cette époque nous n’avions même pas connaissance de son existence. Nos deux mois en Australie nous ont permis d’observer un grand nombre d’animaux et de les prendre en photos. Plus qu’un simple passe-temps, nous nous sommes véritablement pris au jeu. Cela s’est notamment concrétisé par l’achat d’un zoom 300mm pour améliorer la qualité de nos photos.

En se renseignant un peu sur les meilleurs lieux pour observer les animaux, nous sommes tombés sur le Pantanal et ce fut comme une évidence. On ne pouvait simplement pas passer à côté. Nous voulions dans un premier temps visiter le Pantanal en totale autonomie mais nous nous sommes vite rendus compte que cela n’allait pas être évident. Entre la location du véhicule et le risque de dormir en tente (on vous rappelle que des jaguars rôdent dans cette zone), il a fallu se rendre à l’évidence. Il nous fallait un plan un petit peu plus solide.

Après plusieurs recherches sur le net, nous sommes tombés sur une agence du nom de Gasparetour pour visiter le Pantanal nord. Après plusieurs échanges avec Igor, le propriétaire, nous avons décidé de casser notre tirelire et de nous offrir ce safari de 5 jours. Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur les prix et comment choisir entre le Pantanal nord ou sud, rendez-vous à la fin de cet article. On vous dit tout ! Nous n’avions pas fait de réelles folies jusqu’à présent pendant notre tour du monde. On s’offrait quelques extras mais on économisait un maximum pour prolonger le voyage. Mais pour le Pantanal, on a fait une exception. La tentation était trop grande !

Nous voilà donc à Cuiabá. Ce sont nos premiers jours au Brésil et nous devons déjà faire de gros efforts pour nous faire comprendre. Parler couramment espagnol ne nous aide pas vraiment, heureusement que nous avons appris quelques mots en portugais du Brésil, cela est d’une grande aide. Surtout dans un ville où il n’y a quasiment pas de touristes. Trouver un hôtel a déjà été le parcours du combattant. Demander à la réceptionniste qui ne parle que brésilien une chambre pour plusieurs jours, c’était honnêtement assez difficile, mais on rigole et on arrive à se faire comprendre, c’est bien le principal.

Le froid bolivien a laissé place à la chaleur moite du Brésil, les gens sont nettement plus chaleureux, les corps sont plus découverts et l’approche de la coupe du monde renforce ce sentiment de fête permanente qui s’insinue dans les moindres recoins de la ville.  Nous restons quelques jours à Cuiabá le temps de nous reposer un peu et de rejoindre le prochain tour de l’agence Gasparetour. Sans numéro de téléphone, il a été difficile de rentrer en contact avec Igor mais heureusement, on tombe au bon moment et nous pouvons partir avec un groupe assez rapidement. La chance nous sourit car c’est le tout début de la saison touristique.

Jour 1 : Notre premier jour dans le nord du Pantanal

Igor nous donne rendez-vous à 8h du matin en bas de notre hôtel. À ce moment là, nous sommes impatients de découvrir le Pantanal. On est aussi anxieux à l’idée du déroulement du tour. On a dépensé une bonne somme d’argent et on ne sais pas vraiment à quoi s’attendre. Igor est légèrement en retard. Dans la voiture, il y a Jackson et Marcia qui font juste un tour à la journée. Nous allons ensuite chercher Peter et Laura, deux américains qui seront avec nous pendant toute la période du tour.

Première étape: Poconé

Nous prenons ensuite la route pour Poconé. Nous quittons la grande ville de Cuiabá et nous arrivons dans une ville aux allures de village. On remarque notamment de beaux édifices coloniaux. Cette ville, anciennement espagnole, fête ses 237 ans cette année. Malgré son appartenance au Brésil, la ville garde de nombreuses traditions espagnoles. Igor nous explique qu’à une époque, des mines d’or entouraient la ville et qu’il suffisait de se baisser pour en ramasser. Cette époque est révolue et on sent que la ville a perdue de sa superbe.

Notre arrêt à Poconé ne dure que quelques minutes. Nous achetons juste de l’eau et quelques snacks pour la durée du tour, le reste est pris en charge par l’agence. La ville de Poconé marque la porte d’entrée du Pantanal. Passés la ville, nous rentrons dans une autre dimension. La civilisation est derrière nous, les seuls habitants que nous rencontrerons seront des fermiers ou des personnes qui vivent du tourisme. Après plusieurs kilomètres avalés, la route de bitume se transforme en route de terre et un écriteau nous confirme que nous y sommes, le Pantanal est à nos pieds.

Entrée du Pantanal, la Transpantaneira

Premier jour au Pantanal

Coati Brésil

Marécages au Pantanal

La Pousada Rio Claro

Nous passons l’écriteau  » Transpantaneira » et Igor s’arrête quelques mètres plus loin. Nous descendons tous du véhicule. Un vent chaud et humide nous entoure et nous ne savons plus où donner de la tête. Nous entendons distinctement plusieurs chants d’oiseaux. Au bord de la route, nous apercevons un caïman yacare confortablement allongé sur les berges et à quelques mètres de là, un martin pêcheur semble nous observer du haut de sa branche.

Difficile de capter tout cette faune avec notre appareil photo. En regardant un peu plus attentivement, on découvre une variété étonnante d’espèces d’oiseaux: des jabirus, des ibis, des aras bleu qui volent au loin ou encore des hérons les pieds dans l’eau. Nous sommes complètement émerveillés par cet environnement. Toute la matinée, nous ferons plusieurs arrêts sur la Transpantaneira pour découvrir de nouvelles espèces d’oiseaux. À chaque fois, nous serons sous le charme de ce lieu hors du commun. Entre l’envie de rester appuyer sur la gâchette de l’appareil photo ou de regarder ce spectacle fascinant de nos propres yeux.

Peu avant midi, nous atteignons la Pousada Rio Claro. C’est ici que nous allons dormir. Nous déposons nos affaires dans une belle chambre d’hôtel, quel contraste avec la Bolivie! Nous allons ensuite manger, nous avons à notre disposition un buffet incroyable avec plusieurs spécialités brésiliennes. On ne se fait pas prier pour tester quelques plats. Après le repas, il y a un petit moment de flottement. Nous avons quartier libre et nous sommes un peu pris au dépourvu. Nous décidons malgré tout d’aller nous balader autour de la Pousada. Cela nous permet de voir un anaconda, des caïmans et quelques capybaras. Cet animal aux allures de castor est le plus gros rongeur au monde et on doit avouer qu’on les a trouvés trop mignons.

Après notre balade, nous reprenons le 4×4. Nous parcourons quelques kilomètres et nous allons ensuite nous promener à pied avec Igor. Jackson et Marcia sont encore là et c’est assez problématique. Marcia parle fort, se prend en selfie toutes les cinq minutes et détruit toutes nos chances d’observer un quelconque animal. À ce moment là, on est plutôt déçus par la tournure du tour. Après notre balade, c’est le moment de leur dire au revoir et on vous avoue qu’on est plutôt contents de les voir partir.

De notre côté, nous continuons notre balade dans le Pantanal en 4×4. Nous avons la chance d’apercevoir un tapir, un tamanoir, une famille d’acutis et plusieurs espèces d’oiseaux. La fin d’après-midi passe à une vitesse folle et on a l’impression de se déplacer dans un véritable zoo, c’est assez fou ! La nuit tombe rapidement et nous retournons vers la Pousada Rio Claro. Nous engloutissons notre dîner et nous ne nous faisons pas prier pour aller dormir, nous sommes épuisés et demain nous nous levons aux aurores.

Jacamar à Queue Rousse

Anaconda au Pantanal, Brésil

Grande Aigrette sur son arbre

Pantanal Nord

Coucher de soleil sur le Pantanal

Jour 2: Au fil de l’eau dans le Pantanal

Ce matin, nous assistons au lever du soleil depuis un canoë. La couleur du ciel oscille entre le rouge et le rose et nous entendons des cris d’oiseaux de toute part. On est à peine réveillés et on a l’impression de vivre dans un rêve. On aperçoit quelques caïmans sur les berges et on voit des vols de perroquets qui fendent le ciel au dessus de nous. Cette matinée met tous nos sens en éveil. Si seulement une horde de moustiques n’essayaient pas de nous piquer continuellement, le cadre serait parfait. Nous assistons tous silencieux au lever du soleil et nous regagnons ensuite tranquillement notre chambre. Nous prenons notre petit déjeuner puis nous repartons sur l’eau. Cette fois, exit les canoës nous partons en bateau.

À ce moment là, nous sommes en petit comité, il y a Alex et Rachel, nos guides pour les jours suivants et Peter et Laura ainsi que celui qui conduit le bateau. Le soleil est à présent haut dans le ciel et la chaleur humide s’est bien installée. La fraîcheur de l’eau nous soulage et nous regardons attentivement autour de nous pour découvrir un animal caché sur les berges. Nous ne tardons pas à voir plusieurs singes en train de se nourrir, le bateau s’avance avec prudence pour ne pas les déranger. Nous sommes juste au dessous de quatre singes qui vont et viennent de branches en branches pour trouver de quoi manger. Honnêtement, nous aurions pu rester là pendant un bon bout de temps. Mais les limites d’un tour organisé se font sentir. Nous avons un timing à tenir et il est déjà l’heure de manger.

Notre balade au fil de l’eau est néanmoins très agréable. Nous avons la possibilité de voir plusieurs oiseaux au bord de l’eau notamment des hérons, des martins pêcheurs ou encore quelques aigrettes. Malgré tout, nous ne pouvons pas nous arrêter à chaque fois et ce n’est pas toujours facile de prendre des photos et c’est assez frustrant. On a envie de sauvegarder toute cette beauté en photo.

Une fois à la Pousada, nous avons encore un buffet incroyable pour notre déjeuner. On en profite comme il se doit. L’après-midi, nous avons un peu de temps pour nous et comme la veille, nous en profitons pour nous balader afin de prendre des photos d’oiseaux et de quelques mammifères qui croisent notre chemin. C’est ensuite l’heure de notre balade à cheval.

Caïman Yacare dans l'eau au Pantanal

Pantanal Brésil

Singe hurleur dans un arbre

Animaux du Pantanal

Singe hurleur dans la jungle

Tête de perroquet dans l'arbre

Balade à cheval dans le Pantanal

En cet fin d’après-midi, nous prenons un autre moyen de locomotion pour découvrir le Pantanal, le cheval. Celui de Daïnah est plutôt capricieux et s’arrête comme bon lui semble mais cela n’enlève rien au charme de notre promenade. Nous déplacer en cheval nous permet d’accéder à certaines zones encore bien humides. C’est l’occasion de croiser des cerfs des marais et des tatous.  Le soleil décline doucement et les champs sont inondés de lumière. À ce moment là, on croit entendre de petits rugissements mais il est facile de s’imaginer mille et une chose dans un tel endroit. La balade se termine au crépuscule et à ce moment là, c’est plutôt le cheval de Daïnah qui prend le contrôle et qui fait quelques caprices avant de rentrer au bercail !

Après un petit moment de détente, on prend notre dîner assez tôt pour prendre le 4×4 et faire un safari de nuit. La journée nous a déjà bien crevés mais on est plutôt excités à l’idée de partir à la recherche d’animaux en pleine nuit. Alex nous vend du rêve en nous disant que nous avons toutes les chances de croiser un ocelot. Daïnah est surexcitée, on a tous le regard fixé à l’extérieur et chaque mouvement dans les arbres ou dans les herbes nous fait tressaillir. Pendant cette sortie, nous aurons la chance de croiser un renard et un tamanoir mais malheureusement, aucune trace de l’ocelot tant convoité. En rentrant vers la Pousada, nous sommes tous en train de somnoler et c’est un véritable bonheur de se glisser sous la couette en rentrant.

Araçari au Brésil

Balade à cheval dans le Pantanal

Tatou dans les prairies du Pantanal

Coucher de soleil au Pantanal

Ibis en ombre chinoise

Jour 3: à la recherche du jaguar à Porto Joffre

Le lendemain, nous plions bagage pour nous rendre à Porto Joffre. Cette zone est plus dense que celle que nous quittons et c’est dans cette partie du Pantanal que nous avons vraiment la possibilité de croiser un jaguar. Une fois de plus, nous sommes comme des enfants qui partent en vacances à l’arrière du 4×4. L’idée d’apercevoir un jaguar de nos propres yeux nous fait rêver et on arrête pas d’y penser. Mais la route pour se rendre à Porto Joffre est longue. La Transpantaneira, cette longue route qui ne semble pas avoir de fin, n’offre aucune distraction mis à part ces nombreux ponts qui la coupent.

La monotonie laisse place à l’imprévu lorsque nous croisons un troupeau de vaches. Les fermiers du Pantanal, les Pantaneiros transportent leur bétail. La saison sèche débute et les bêtes peuvent rentrer chez elles. Rachel, la conductrice, essaye de se frayer tant bien que mal un chemin à travers le bétail et peut ensuite continuer sa route. Nous arrivons finalement à notre second hôtel, nous déposons nos affaires et nous allons déjeuner avant de prendre le bateau, le meilleur moyen de transport pour observer le jaguar.

Pantaneiro au Brésil

Troupeau de vache au Pantanal

Vache du Pantanal

Cette partie du Pantanal n’a rien à voir avec celle que nous venons de quitter. La végétation est beaucoup plus dense et les alentours sont beaucoup plus sauvages. Cela ne nous étonne nullement que le jaguar soit dans les environs. Aux alentours de l’hôtel Porto Jofre, nous croisons plusieurs aras hyacinthes. Ces majestueux perroquets d’un bleu profond sont très faciles à photographier et c’est un plaisir de les observer.

L’heure est venue de partir à la recherche du jaguar. Nous attendions ce moment depuis notre arrivée dans le Pantanal et une fois de plus on est comme des gamins. On se balade entre les bras des rivières et on aperçoit de nombreux caïmans. Au bout d’une heure environ, on aperçoit un jaguar sur une rive. Malicieux, il disparaît rapidement et nous avons à peine le temps de le voir qu’il s’enfonce déjà dans la jungle. Nous essayons de patienter plusieurs minutes mais c’est fini, il ne reviendra plus. Le reste de l’après-midi, nous emprunterons plusieurs rivières mais nous ne verrons rien. Un brin déçus mais conquis par les paysages que nous traversons, nous avons bon espoir pour les jours suivants.

Le soir, nous avons une nouvelle fois droit à un bon buffet, le tout arrosé de cachaça maison. Les esprits s’enivrent et Alex emprunte une guitare pour nous chanter un morceau du coin. Alex, notre guide, est fils de fermier et il a grandit dans le Pantanal. Il connait tout le monde ici et il vit depuis plusieurs années grâce au tourisme. On passe une excellente soirée en sa compagnie et on en apprend un peu plus sur lui. Une soirée très agréable qui clôture à merveille cette journée.

Martin pêcheur à ventre roux

Jabiru, symbole du Pantanal

Deux Toui Tirica dans un arbre

Paysages du Pantanal Nord

Pic-vert

Capybara et son oiseau sur la tête

Jour 4: Rencontre avec le jaguar

Le lendemain, nous embarquons de nouveau à bord d’un bateau pour partir à la recherche du jaguar. Cette fois nous sommes uniquement avec Peter, Laura n’a pas souhaité venir avec nous ce matin. Nous naviguons depuis quasiment une heure lorsque Daïnah aperçoit un groupe de loutres géantes. C’est l’occasion de couper le moteur et de les suivre discrètement. On peut facilement les observer nager, s’arrêter sur les berges puis replonger dans l’eau et même communiquer entre elles lorsqu’une des loutres se perd. L’une d’entre elle s’approche même de notre bateau, sûrement par curiosité, c’est étonnant.

Alors que les loutres viennent d’entrer dans leur terrier, notre chauffeur a un appel radio. Alex nous prévient qu’on va partir à pleine vitesse et qu’il va falloir s’accrocher. On comprend qu’on est sans doute pas loin d’un jaguar. Nos coeurs battent la chamade et on s’accroche à ce qu’on peut. Après plusieurs kilomètres parcourus, nous apercevons plusieurs bateaux, pas de doute, le jaguar doit être dans les parages. Après s’être approchés de la rive, nous distinguons enfin une tête de jaguar qui dépasse des hautes herbes. Il y a au moins cinq ou six bateaux mais tout le monde se tient silencieux. Le seul bruit qu’on entend clairement est celui des crépitements des appareils photo. Au bout de dix minutes, le jaguar s’allonge et on ne le voit plus. À ce moment là, on est vraiment contents d’avoir pu voir un jaguar d’aussi près, mais on ne va pas vous mentir, on en veut plus.

On a pas le temps d’y penser davantage. Un second appel radio nous indique qu’un autre jaguar attend notre visite. Nous voilà repartis en trombe pour espérer en voir un autre. Nous parcourons quelques kilomètres et cette fois nous apercevons un jaguar dans toute sa splendeur. Il se dirige tranquillement vers le bord de la rivière et il s’assoit face à nous, comme s’il prenait la pose. Il se balade ensuite le long de la berge et on a tout le loisir de l’observer. Cette fois encore, le silence est absolu et seul le crépitement des appareils photo se fait entendre. Nous avons l’opportunité de le suivre tranquillement le long de la rivière, le moment est comme figé dans l’instant, c’est inouï de vivre ça et ça nous fout les larmes aux yeux (bon peut être plus une personne en particulier). Pendant un bon quart d’heure, on accompagne depuis le bord de l’eau ce jaguar qui n’est nullement impressionné par les bateaux qui le suivent. Rien ne dérange le mammifère à la mâchoire la plus puissante au monde.

Ces 15 minutes étaient juste folles, on reste tous rêveurs en quittant la berge lorsque le jaguar s’engouffre dans la végétation luxuriante derrière lui. La route est longue pour revenir à notre hôtel et nous supplions Alex de faire une pause pipi. Il accepte mais redouble de précaution quand il aperçoit des traces de pattes fraîches au bord de la rive. On est pas tranquille pendant cette courte pause et on s’empresse de regagner le bateau une fois la corvée effectuée. Le retour se fait dans la douleur, la pluie tombe à grosses gouttes et nous ne sommes que très partiellement protégés sur le bateau. Nous rentrons à l’hôtel complètement trempés mais nous sommes toujours sur un petit nuage.

Cette dernière soirée au Pantanal se place sous le signe de l’euphorie. Nous sommes ravis de ce que nous avons vu pendant ces 4 jours et nous sommes tristes de quitter cette zone unique au monde. Honnêtement, on aurait pu rester une semaine sur place à nous balader en bateau et à cheval pour observer la faune locale. Mais cela à un prix et nous devons nous résoudre à quitter le Pantanal au petit matin. D’ailleurs, cela se fera aux aurores, la route est apparemment accidentée et nous devons partir au plus tôt pour éviter d’être bloqués.

Jaguar sur les berges du Pantanal

Jaguar dans les hautes herbes

Jaguar camouflé au Brésil

Ara Hyacinthe

Ara Hyacinthe du Brésil

Jour 5: En route pour les Chutes d’Iguazu

Nous quittons Porto Jofre vers 7h le lendemain. Il a beaucoup plu la veille et pendant la nuit et la transpantaneira n’est plus qu’un vaste terrain de boue. On parcourt néanmoins une bonne portion de route avant de croiser un 4×4 dans un fossé. Apparemment, un guide a eu un accident la veille au soir mais heureusement, il n’a rien. Quelques kilomètres plus loin, nous devons nous arrêter car un camion est bloqué sur la route. En attendant qu’il soit dépanné. Nous nous promenons un peu aux alentours et nous avons la chance de voir un renard et quelques spatules roses, de superbes spécimens !

Oiseau sur une barrière au Brésil

Spatule rosée au Pantanal

Cerf des marais

Voilà comment se termine notre aventure au Pantanal. Nous avons été complètement émerveillés pendant ces 5 jours et nous ne regrettons pas une seule seconde d’avoir fait ce safari dans cette région unique au monde. À présent, une longue route nous attend jusqu’au Chutes d’Iguazu mais qu’importe, on restera encore un long moment sur notre nuage.

Comment visiter le Pantanal: Pantanal sud ou nord ?

Lorsque nous avons décidé de visiter le Pantanal, nous avons d’abord dû choisir entre le Pantanal nord et le Pantanal sud. Au Sud, il est possible de réaliser des safaris « low cost » où on croise néanmoins de nombreux animaux mais où les chances de croiser le jaguar sont quasi inexistantes. En lisant quelques articles de blogs sur les safaris dans le Pantanal sud, on s’est vite dit que ce n’était pas du tout ce qu’on recherchait. Mais cela peut être une solution si vous souhaitez avoir un aperçu de la zone et si vous avez envie de croiser des capybaras et des caïmans.

Le Pantanal sud est plus adapté au budget « backpackers ». Les safaris proposés sont adaptés à ces petits budgets. Les pousada sont beaucoup plus modestes et les activités sont aussi différentes. On vous proposera par exemple de faire de la pêche aux piranhas par exemple. Le nombre de personnes dans votre tour sera aussi différent, attendez-vous à être  (beaucoup) plus nombreux.

Le Pantanal nord: le paradis des jaguars

Si votre objectif est de voir des jaguars, nous vous conseillons sans hésiter le Pantanal nord. La zone qui se trouve autour de Porto Jofre est la zone où se concentre la plupart des jaguars. Pendant nos 5 jours sur place, nous avons pu voir 3 jaguars alors que nous étions en tout début de saison (nous y étions en Juin 2018). Imaginez ce que cela doit être en pleine saison (Août/Septembre) lorsque qu’il y a encore moins d’eau et qu’il fait plus chaud. C’est à ce moment là que vous avez le plus de chance de croiser des jaguars.

Le gros avantage du Pantanal nord c’est que toutes les compagnies qui travaillent dans cette zone ont bonne réputation. Vous ne pourrez pas vous tromper si vous partez avec « Gasparetour » ou « Pantanal Nature » par exemple. La seconde agence était notre premier choix mais malheureusement, il n’y a avait pas de safaris qui correspondaient à nos dates. Mais on peut honnêtement vous dire que nous n’avons pas été déçus pas Gasparetour même si on a trouvé les guides pas toujours au fait de la faune et de la flore locale.

Un safari au Pantanal: combien ça coûte ?

Tout dépend de la zone. Le Pantanal sud coûte moins cher pour les raisons évoquées précédemment. Concernant le Pantanal nord, il faudra clairement casser votre tirelire. Notre tour avec Gasparetour nous a coûté 2400€ pour deux soit 240€ par jour, par personne. C’est un gros budget mais si vous aimez observer les animaux, cela en vaut clairement la peine. Sachez également que vous pouvez choisir de faire un safari durant 3 jours et 2 nuits pour alléger la note. Attention cependant à bien préciser ce que vous souhaitez faire sur place. Généralement, vous ne dépasserez pas la première partie du Pantanal en ne partant que 3 jours mais vous avez l’option « Jaguar » qui vous permet aussi de vous concentrer sur la « traque » du félin.

Notre ressenti sur le Pantanal

Nous avons adoré nos quelques jours dans le Pantanal. Ce fut un dépaysement total et nous avons pu observer un grand nombre d’oiseaux et de nombreux mammifères. Nous ne nous attendions pas à voir autant d’animaux différents sur place, c’était tout simplement incroyable. Le Pantanal a été une parenthèse toute particulière durant notre tour du monde et même si on a déboursé pas mal d’argent pour ce tour, on ne regrette pas une seconde de l’avoir fait. Pouvoir être immergé en pleine nature pendant plusieurs jours et découvrir des espèces différentes chaque jour est une chance incroyable, nous en avons pleinement profité. Place maintenant à un autre type d’emerveillement, les Chutes d’Iguazu.

Infos Pratiques pour le Pantanal

  • Hôtel à Cuiaba: 140 reales pour deux personnes (soit 31€ environ)
  • Safari de 5 jours et 4 nuits au Pantanal avec Gasparetour: 2400€ pour deux personnes
  • Bus Cuiaba – Campo Grande: 145,80 reales soit 32€ environ par personne

On vous raconte très bientôt la suite de notre voyage au Brésil aux sublimes Chutes d’Iguazu.

 

 

 

 

L'article vous a plu ? Partagez-le ;)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0

4 comments

  1. On rêve aussi de faire le Pantanal pendant notre Tour du monde! Mais on sera au Brésil en février et apparement, ce n’est vraiment pas une saison conseillée.
    Vous y étiez quand? Vos photos sont superbes!
    Sophie

    1. Bonjour Sophie, merci beaucoup ! Effectivement, le mois de Février ce n’est pas l’idéal…La saison touristique commence vraiment au mois de Juin (c’est à ce moment là que nous y étions) même s’il est possible de réserver des tours en Avril/Mai. Lorsque nous y étions, il y avait encore beaucoup d’eau dans le Pantanal. L’idéal c’est vraiment le mois d’Août, quand la saison sèche est bien entamée et jusque Septembre/Octobre. Si tu as d’autres questions, n’hésite pas 😉

  2. Bonjour Sophie, votre blog est top !! Vous lire et admirer vos photos est un véritable plaisir ! Nous envisageons de passer quelques jours dans le Pantanal (entre le 26 et 31 août – à définir). Avez-vous des noms de pousada/fazenda à nous recommander ? Bonne journée. Karine

    1. Bonjour, nos petits prénoms sont en fait Daïnah et Clément 🙂 Lorsque nous avons fait notre safari nous avons logé à la Pousada Rio Claro puis à la Pousada « Porto Joffre ». Nous avons apprécié les deux et le personnel a toujours été très agréable. N’hésitez pas si vous avez d’autres questions. En tout cas, vous y allez à la bonne période, vous allez vous régaler 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.