Les Chutes d’Iguazu, entre attente et déception

Nous avons quitté un petit bout de paradis pour nous rendre vers un endroit tout aussi incroyable, les Chutes d’Iguazu. Nous qui étions déjà fascinés par les différentes cascades que nous avions croisé au Laos, comment allions nous réagir en voyant les chutes d’Iguazu, frontière naturelle entre le Brésil, l’Argentine et le Paraguay ? On vous avoue qu’on avait un peu peur d’être déçus, on s’attendait à voir du monde et surtout, on les avait tellement vu en photo…Un peu d’appréhension donc avant de rencontrer une merveille de la nature, jusque là rien de très étonnant.

Note: Iguazu est écrit de deux manières différentes dans cet article mais ce n’est pas une faute. Quand nous parlons des chutes en Argentine nous écrivons Iguazu, quand c’est au Brésil cela s’écrit Iguaçu.

Arrivée à Foz do Iguaçu

Lorsque notre bus arrive enfin à destination, c’est la délivrance. Notre trajet a été très long et en regardant une carte du Brésil, vous comprendrez aisément pourquoi. Ce trajet de l’impossible, nous l’avons commencé à Cuiaba, en prenant un bus pour Campo Grande, durée du trajet: 12h. De Campo Grande, nous prenons un autre bus vers Cascavel, 13h de trajet. Et enfin Cascavel-Foz do Iguaçu, 2h. Une fois à Foz do Iguaçu, pas question de tenter la marche à pied, nous sommes lessivés et nous prenons un taxi jusqu’à notre Pousada. Il est passé 23h et on a juste envie d’une chose, dormir dans un bon lit.

Le lendemain, après une bonne nuit de sommeil, l’excitation fait place à la fatigue et on ne perd pas de temps, on a très envie de voir les chutes et on ne se permet même pas une grasse matinée. On se lève à 7h et on se dirige vers les célèbres Chutes d’Iguazu (pour savoir comment s’y rendre, rendez-vous en bas de page). Vers 10h, nous arrivons aux abords du parc national Iguazu. Alors on ne savait pas du tout à quoi s’attendre mais honnêtement ça commence mal, on a l’impression de prendre nos tickets pour Disneyland.

Les Chutes d’Iguazu: côté brésilien

On rentre dans le parc et on se prépare à voir les chutes d’Iguazu de nos propres yeux. En marchant, on entend déjà le bruit des chutes au loin, une sorte de roulement de tambours sourds. On est un peu étonnés de voir que tout est bétonné, on s’attendait à parcourir un petit chemin en terre pour arriver jusqu’aux chutes Iguazu mais il n’en est rien. C’est d’ailleurs plutôt une autoroute. Le bruit des chutes s’intensifie et on les aperçoit enfin. Majestueuses, puissantes et impressionnantes, comme on pouvait s’y attendre. En revanche, on avait moins prévu d’être aussi fascinés par l’immensité de ces chutes. Elles sont énormes et la foule de touristes n’enlève rien au charme de notre rencontre.

Ce qui est d’autant plus agréable sur place, c’est de découvrir les chutes d’Iguazu petit à petit, comme un gâteau qu’on dégusterait, une bouchée après l’autre. On a d’abord eu une vision d’ensemble et tout au long du parcours pré-établi, on découvre les Chutes d’Iguazu sous un autre angle avant de finir sur un point de vue final incroyable. Le sentier a bien été pensé, les chutes sont à présent tout autour de nous mais aussi au dessous de nous. La vapeur d’eau s’échappe sous nos pieds et un arc en ciel s’étend de part et d’autres des cascades, c’est terriblement beau. Le Brésil nous offre décidément des paysages incroyables depuis notre arrivée dans le pays. On imagine à peine ce qu’était cet endroit avant qu’on y ajoute du béton. C’est un endroit idyllique et qui a gardé un charme fou malgré la touche humaine bien présente. La foule de touristes à nos côtés est sans aucun doute aussi émerveillés que nous. Imaginez un peu ce joyau à l’état brut !

Chutes d'Iguazu depuis le Brésil

Impressionantes Chutes d'Iguazu au Brésil

Point de vue au milieu des cascades

Arc en ciel au pied des Chutes d'Iguazu au Brésil

Pour parfaire le tableau, on croise d’adorables couatis, très dociles et qui n’hésitent pas à se frotter à l’être humain pour lui chaparder ses gâteaux et ses sandwiches. On en voit même un sur le dos d’un enfant pour lui voler ses chips! Voici sans aucun doute l’une des dérives de ce genre de « parc naturel ». Les couatis ont compris qu’un être humain pouvait être une source de nourriture et le couati ne sélectionne pas, il avale tout ce qu’il trouve…Bien sûr, ils sont beaucoup plus faciles à approcher (et à photographier) mais ce genre de nourriture les rend malades et malheureusement, la majorité des touristes ne s’intéresse guerre à ce genre de détails…

La visite côté brésilien passe finalement assez vite et nous sommes de retour dans la ville de Foz d’Iguaçu vers 15h. On crève la dalle et on décide de s’arrêter dans un petit restaurant avec une belle terrasse, « El Jardim de la Cerveja ». La bonne nouvelle c’est qu’on est samedi et le samedi, c’est feijoada à volonté (caïpirinhas inclus). De quoi passer un très bon moment entre musique live et buffet exquis. Nous nous installons en terrasse et on profite de notre repas comme il se doit. En bonus, nous avons même la visite de jolis colibris qui viennent butiner de fausses fleurs à quelques pas de notre table.

Faune du p

L’interlude Coupe du Monde à Iguazu

Pour rappel, nous étions au Brésil en plein mois de Juin 2018 pendant la Coupe du Monde de football. Nous avions prévu de rester deux jours à Foz do Iguaçu mais la Coupe du Monde en aura décidé autrement! Après notre balade aux chutes d’Iguazu le samedi, on avait juste prévu d’aller regarder le match du Brésil le dimanche après-midi. On ne s’attendait pas à voir autant de foules dans les bars. Alors que nous faisions la queue au bar « Rafain Chopp » sans grand espoir, une femme nous aborde. Elle nous propose de se joindre à elle. On lui dit qu’on ne parle pas portugais et qu’on est juste des touristes de passage.  Aucun problème pour elle, elle insiste et on la suit jusqu’à une table de quatre. Elle, c’est Marciela et celui qui l’accompagne c’est Luis Wagner, deux brésiliens qui ne parle pas un mot d’anglais. On mixe tant bien que mal l’espagnol avec quelques mots de portugais et l’alcool aidant, on arrive à se faire comprendre.

On passe l’après-midi avec eux tout en regardant le match et c’est plutôt drôle de passer ces moments là en compagnie de deux brésiliens. On rigole pas mal et on galère parfois à communiquer mais tout se passe dans une bonne ambiance. L’histoire aurait pu s’arrêter là. À la fin du match, Marciela et Luis Wagner s’en vont et nous on décide de se boire une petite caïpirinha avant de rentrer.

Alors qu’on sirote tranquillement nos verres, Luis revient dans le bar. Il nous fait signe, s’assoit avec nous et commande une girafe…On comprend qu’on est pas prêts de rentrer ! Le bar se transforme petit à petit en club et la soirée est donc loin d’être terminée. On ne va pas vous détailler toute la soirée sur le blog mais on va dire qu’on a passé une très bonne soirée. Quant à Luis, on a vite compris pourquoi il était revenu. Il avait flashé sur une jeune fille qui était installée non loin de nous durant le match…

On a mis une bonne journée à se remettre de cette soirée (on n’avait plus l’habitude) et on s’est ensuite rendu côté argentin pour découvrir une autre facette des Chutes d’Iguazu.

Les Chutes d’Iguazu côté argentin

Il est temps pour nous de découvrir les Chutes d’iguazu côté argentin. Réputé pour être le côté le plus époustouflant, on a dû mal à croire qu’on va être encore étonnés par ces cascades. Nous partons au petit matin pour passer la journée entière côté argentin. Pendant notre petit déjeuner à l’hôtel, on croise un couple de français. Après leur petit déjeuner, ils se font carrément des sandwiches avec le buffet disposé pour le petit déjeuner des résidents de l’hôtel. Décidément, les français en voyage savent nous faire honte….

Nous nous mettons en route et nous prenons un bus jusqu’à la frontière argentine. Nous sommes cinq dans le bus et le passage de frontière se fait rapidement, à croire que personne ne fait le trajet dans ce sens. Nous arrivons au terminal de bus de Puerto Iguazu et nous prenons un autre bus vers les Chutes d’Iguazu. On se demande si on va avoir le même sentiment que samedi face aux Chutes d’Iguazu, à ce moment là on a peur d’être déçus. Côté argentin, le parc est beaucoup plus vaste et il y a plusieurs sentiers pour se balader. On ne sait pas trop comment s’y prendre et on décide de se diriger en premier lieu vers la Garganta del Diablo, la vue la plus spectaculaire sur les Chutes, côté argentin.

La Garganta del Diablo, côté argentin

Normalement, il y a un petit train pour se rendre jusqu’à la « Garganta del Diablo » mais quitte à profiter du soleil, autant y aller à pied. Deuxième avantage, on s’éloigne des touristes. Nous ne savons pas si c’est toujours comme ça sur place côté argentin mais le jour où nous y étions, il y avait une foule incroyable. Le petit plus, des groupes de 20/30 personnes en file indienne dont l’activité favorite est de se prendre en selfie. On ne sait pas si c’est la fatigue ou la lassitude mais ce genre de comportement nous a vraiment énervés sur place. Parce qu’évidemment, la majorité d’entre eux n’a aucun respect. Ils vont te pousser, te réprimander juste parce que tu es sur leur photo…Ce fut sans aucun doute un des gros points négatifs lors de notre visite côté argentin.

Mais envers et contre tout, le charme a une nouvelle fois opéré lorsque nous sommes arrivés à la Garganta del Diablo. Au plus proche des cascades, on sent encore plus la puissance des chutes, ces tonnes d’eau qui se déversent en continu et qui nous offrent, une fois de plus, un panorama époustouflant. Comment ne pas être impressionnés face à la puissance de la nature incarnée parfaitement face à nous ? On a d’ailleurs eu du mal à quitter ce premier point de vue sur les Chutes mais l’affluence grandissante des touristes nous décident à rebrousser chemin.

Chutes d'Iguazu depuis l'Argentine

Chutes d'eau à Iguazu

Le reste de la journée, nous décidons d’arpenter les différents sentiers du parc. On découvre alors avec surprise que certains chemins sont en fait des rampes métalliques. Il y a peu de place pour circuler et honnêtement ça casse un peu le charme du lieu. Il y a également beaucoup de monde et pour se déplacer c’est un peu l’enfer même s’il y a un sens de circulation...C’est à ce moment que Clément commence à saturer. Il en a ras le bol du monde, des perches à selfie et du manque de respect de certains touristes. Il ne voit pas l’intérêt de multiplier les points de vue au détriment de la nature. Car il faut bien l’avouer parfois, on se demande pourquoi certaines installations ou certaines activités ont été mises en place dans le parc…

À ce moment, là, on aurait pu rentrer à l’hôtel mais on avait envie d’observer les animaux qui peuplent le parc naturel d’Iguazu. On a donc ravaler notre mécontentement et on a sillonné les sentiers en terre en gardant les yeux et les oreilles grands ouverts. C’est à ce moment là qu’on découvre deux toucans dans un arbre. Nous sommes plutôt loin des Chutes d’Iguazu et l’affluence est moindre. Lorsqu’il n’y a rien voir, il y a moins de touristes et ça c’est notre chance. On peut observer les toucans en train de manger un bon moment sans qu’ils soient gênés ou effrayés par qui que ce soit. On croise aussi énormément de couatis qui prennent parfois la pause pour notre plus grand plaisir.

Petites chutes d'eau et verdure

Coati et cascade en Argentine

Zoom sur une chute d'eau

Rivière d'Iguazu vue d'en haut

Chutes d'Iguazu côté argentin

Après nos différentes petites balades, on décide de retourner vers l’entrée du parc, à ce moment-là, on voit quelques touristes les yeux rivés sur des arbres et on s’approche avec précaution. On découvre alors plusieurs singes en train de manger et de sauter d’arbres en arbres. Au bout de cinq minutes, les touristes continuent leur route et cela nous permet de rester encore quelques minutes avec ces petits singes avant de quitter les lieux. Un dernier moment très agréable avant de laisser dernière nous les sublimes Chutes d’Iguazu.

Toucan dans les arbres aux Chutes d'Iguazu au Brésil

Coati sur une barrière en Argentine

Singe dans les arbres aux Chutes d'Iguazu en Argentine

Singe qui mange dans les arbres

 

Un mot sur les Guaranis

On ne peut pas conclure cet article sans vous parler du peuple Guarani. Ces indiens du Brésil habitaient autrefois les terres autour des Chutes d’Iguazu notamment. Si vous vous rendez sur place, vous verrez d’ailleurs des stands d’artisanat guarani à l’entrée du parc. Ce peuple autochtone s’est vu chasser de ses terres et il vit aujourd »hui dans des réserves loin de leurs terres natales. Entre malnutrition, suicide élevé chez les jeunes et tentative de reconquête de leur territoire, le quotidien des guarani n’a rien d’un fleuve tranquille et l’arrivée de Jair Bolsonaro au pouvoir ne devrait rien arranger. Si cela vous intéresse, un court documentaire sur les Guaranis a été mis en ligne par les Nations Unies.

Notre ressenti global sur notre visite des Chutes d’Iguazu

Finalement, notre visite des Chutes d’Iguazu a été pleine de surprises. On ne s’attendait pas à croiser des toucans et des singes et malgré le nombre vertigineux de touristes sur place, nous avons pu profiter du lieu et des magnifiques chutes d’Iguazu. Bien évidemment, ce n’est plus un lieu sauvage et en gardant tout ça en tête, il est plus facile de faire la part des choses et de profiter des lieux. Les Chutes d’Iguazu valent largement le détour.

Informations pratiques pour ce rendre aux Chutes d’Iguazu

Voici à présent toutes les informations pratiques pour vous rendre aux Chutes D’Iguazu:

  • Si vous logez côté brésilien: il suffit de vous rendre à la gare (en ville) et de prendre un bus direction les Chutes d’Iguazu. Ce bus vous emmènera jusqu’à l’entrée du parc, rien de plus facile.
  • Si vous logez côté brésilien et que vous voulez vous rendre côté argentin: vous avez un bus qui vous emmène directement à la gare routière à Puerto Iguazu. A la frontière, vous descendez, vous montrez votre passeport et vous remontez dans le bus. Faites en sorte d’être dans les premiers vu que votre tampon va prendre un poil plus de temps. Le bus nous a attendu, nous n’avons eu aucun problème à ce niveau là. Une fois à la gare routière à Puerto Iguazu, vous prenez un bus pour les Chutes d’Iguazu, tout est indiqué. Pensez juste à vous renseigner sur les horaires de votre bus retour vers Foz do Iguaçu afin de ne pas attendre trop longtemps à la gare routière.

A noter que lorsque nous avons visité les Chutes d’Iguazu (en Juin 2018), l’île « San Martin » était fermée au public à cause du niveau élevé de l’eau. Apparemment, cela fait un bon moment maintenant que cette île est fermée au public. Voici maintenant un détail sur les prix:

  • Pousada « Central Foz » à Foz do Iguaçu: 70 reales la nuit pour deux personnes soit 16€ environ
  • Bus Foz do Iguaçu jusqu’au Chutes d’Iguazu: 3,55 reales par personne
  • Entrée des Chutes d’Iguazu (côté brésilien): 63,60 reales par personne soit 14,70€ par personne
  • Bus Foz do Iguaçu – Puerto Iguazu (en Argentine): 5 reales par personne
  • Bus Puerto Iguazu jusqu’au Chutes d’Iguazu: 35 reales par personne soit 8 euros par personne (allé simple)
  • Entrée des Chutes d’Iguazu (côté argentin): 82,50 reales par personne soit 19€
  • Bus Foz do Iguaçu – Saõ Paulo: 214 reales par personne soit 50€ (pris le jour même)

Place maintenant à la suite du voyage, on vous emmène sur la Costa Verde à Paraty. Et pour terminer cet article, on a réalisé une vidéo de nos 2 jours aux Chutes d’Iguazu pour vous donner une idée de la puissance de ces cascades:

L'article vous a plu ? Partagez-le ;)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
0

2 comments

  1. Hey, ton article me fait remonter des tonnes de souvenirs ! J’y étais il y a environ 5 ans, j’ai moi aussi fait les deux côtés. De mémoire j’ai trouvé le côté brésilien plus impressionnant mais le côté argentin plus sauvage, intimiste. J’ai donc préféré l’argentin, beaucoup moins touristique d’ailleurs ! Ca fait drôle de repenser à tout ça ! J’espère que tu as bien profité de l’ambiance des cascades !

    Line de https://la-parenthese-psy.com/

    1. Merci pour ton commentaire. On a commencé par le côté brésilien et on en garde un très bon souvenir, pour nous aussi ça reste le côté le plus impressionnant. Mais c’est marrant, nous on a trouvé le côté argentin nettement plus touristique, peut être que ça a changé depuis ou alors c’est juste notre ressenti 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.